Une date à retenir : dimanche 22 mai – Découverte de Bourg-Saint-Andéol avec le Cercle Légitimiste du Vivarais.

Sarcophage de Saint Andéol (église de Bourg-Saint-Andéol)

Sarcophage de Saint Andéol (église de Bourg-Saint-Andéol)

Dimanche 22 mai 2016

Le Cercle Légitimiste du Vivarais Abbé Claude Allier propose – à ses membres ainsi qu’à toute personne sympathisante qui souhaiterait les accompagner ce jour-là – une découverte, patrimoniale et spirituelle, de Bourg-Saint-Andéol.

Sur la rive droite du Rhône, la petite cité de Bourg-Saint-Andéol est l’une des plus riches du bas-Vivarais, tant par son patrimoine bâti que par son histoire :

1) C’est là que fut martyrisé et enseveli Saint Andéol, sous-diacre, compagnon de Saint Irénée, et qui, comme lui, avait été envoyé de Smyrne par Saint Polycarpe pour évangéliser les Gaules.
Saint Polycarpe avait connu l’apôtre et évangéliste Saint Jean : ainsi, par son premier évangélisateur, Saint Andéol, l’Eglise diocésaine de Viviers a-t-elle un lien privilégié avec les premières communautés chrétiennes d’Asie mineure et avec Saint Jean, « le disciple que Jésus aimait ».
Saint Andéol ne fut pas victime de la célèbre persécution de 177 qui fit de si nombreux martyrs dans les communautés chrétiennes de Lyon et de Vienne, mais il évangélisa la moyenne vallée du Rhône et une partie du Languedoc pendant une quarantaine d’années, avant de subir le martyre ici en l’an 208.
Aller à Bourg-Saint-Andéol, c’est tout d’abord un pèlerinage aux racines de la foi chrétienne en Vivarais : nous découvrirons donc les lieux liés à l’histoire du martyre de Saint Andéol et de son culte le plus ancien.

2) Pendant plus de trois siècles, préférant la riante cité de Bourg-saint-Andéol à l’acropole de Viviers battu par les vents, les comtes-évêques de Viviers ont résidé ici.
Nous visiterons l’ancien palais des évêques, appelé le « palais aux cent pièces ». Devenu séminaire, puis collège, spolié, vendu, racheté, après avoir été affecté à divers usages qui l’avaient en partie dégradé, le palais des évêques est actuellement mis en valeur par une association qui s’efforce de lui rendre un peu de son lustre passé, en particulier à travers de remarquables restaurations.
Nous pourrons en particulier admirer la « salle des Etats », dans laquelle se réunirent à plusieurs reprises au cours des siècles les « Etats du Vivarais ».
C’est dans ce palais de Bourg-Saint-Andéol que Monseigneur Louis de la Baume de Suze, le grand évêque du XVIIe, accueillit Saint Jean-François Régis et lui confia la mission de ré-évangéliser le diocèse de Viviers, après les dévastations spirituelles et matérielles causées par les huguenots.

3) Témoin de la vitalité des Ordres mendiants à la fin du Moyen-Age et à l’époque classique, l’ancien couvent des Récollets (XVe-XVIIIe siècles), actuellement occupé par l’hôpital-hospice, nous ouvrira exceptionnellement sa chapelle et son cloître.

4) Nous évoquerons aussi, bien sûr, la figure de la Bienheureuse Marie Rivier qui, en pleine révolution, fonda la congrégation des Soeurs de la Présentation de Marie, dans une épopée qui n’a rien à envier aux plus palpitants des romans d’aventure.
Après la révolution, la sainte fondatrice racheta l’ancien couvent de la Visitation de Bourg-Saint-Andéol (où Saint François de Sales était passé), et y installa la maison-mère de la congrégation alors en pleine expansion.
C’est à Bourg-Saint-Andéol qu’elle rendit son âme à Dieu et que se trouvent ses reliques…

Programme :
8 h 45 : « Messire Dieu premier servi ! », comme le disait Sainte Jehanne d’Arc. Nous commencerons donc par sanctifier le jour du Seigneur et fêter la Sainte Trinité par l’assistance à la Sainte Messe, célébrée selon le rite latin traditionnel, à la chapelle Notre-Dame de la RoseMontélimar).
10 h 30 : Bourg-Saint-Andéol, commencement des visites commentées.
12 h 30 : repas tiré du sac.
14 h : suite des visites.

Nota bene :
– Pour la visite du palais des évêques prévoir 7 €/pers.
– Pour participer à cette journée, l’inscription est obligatoire.

Renseignements et inscriptions : vivarais.legitimiste@gmail.com

Blason de Bourg-Saint-Andéol : De gueules aux trois bourdons d’argent posés en pal et rangés en fasce, au chef cousu d’azur chargé d’un badelaire d'argent garni d’or

Blason de Bourg-Saint-Andéol :
De gueules aux trois bourdons d’argent posés en pal et rangés en fasce, au chef cousu d’azur chargé d’un badelaire d’argent garni d’or