Une belle et fervente fête de Sainte Philomène au Mesnil-Marie :

Gisant de Sainte Philomène et reliquaire - oratoire du Mesnil-Marie

Gisant de Sainte Philomène et reliquaire – oratoire du Mesnil-Marie

Comme nous l’avions annoncé ( ici > www), nous avons célébré dans la joie et la ferveur la fête de Sainte Philomène en notre Mesnil-Marie.

Un petit groupe d’amis fidèles nous avait rejoints pour la célébration de la Sainte Messe, qui fut chantée, après que Frère Maximilien-Marie a rappelé l’origine du gisant de Sainte Philomène vénéré dans notre oratoire (cf. > Sainte Philomène au Mesnil-Marie), dans l’attente du moment où nous pourrons terminer les travaux de la crypte que nous voulons lui dédier.

C’est pour nous un devoir de justice et un acte de réparation que de placer cette crypte sous le patronage de la jeune martyre, dont l’existence a été niée par les rationalistes et les modernistes, malgré les innombrables et importants miracles que Dieu S’est plu à répandre par son intercession, et malgré le témoignage des très grands saints qui ont développé avec elle une profonde amitié spirituelle.
Nous-mêmes, nous sommes fréquemment témoins des grâces – physiques et spirituelles – obtenues par l’intercession de Sainte Philomène.
En définitive, l’acharnement mis par les modernistes à combattre son culte n’est-il pas justement un argument plus que suffisant pour le maintenir et le promouvoir ?

Le sermon de Monsieur l’Abbé a porté sur le dogme de la communion des saints, sans vous le retranscrire intégralement en voici les principales idées :
– Il n ‘y a pas trois Eglises – l’Eglise de la terre, l’Eglise du Purgatoire et l’Eglise du Ciel -, mais il n’y a qu’une seule Eglise en trois états différents : l’état de triomphe, l’état de purification et l’état de milice. Ces trois états n’impliquent aucune séparation, et c’est la même vie – celle de la grâce – et le même amour surnaturel qui la régissent dès à présent, en attendant la fin du monde où il n’y aura plus que l’état de gloire et de bonheur éternels…
– Dans l’Eglise – mystère de communion fondé sur la foi, assuré par l’autorité et la Tradition de la succession apostolique, nourri et développé par les sacrements (au plus haut point le Saint-Sacrifice Eucharistique) – s’accomplit et se perfectionne le dessein de Dieu qui a créé l’homme comme un être social : ce caractère social, sur le plan surnaturel, c’est en particulier le lien spirituel (exprimé dans la prière) qui nous rattache les uns aux autres, réalise un soutien mutuel dans les épreuves et combats de cette terre, secourt les âmes des défunts qui se purifient pour pouvoir entrer au Ciel, et nous unit aux Saints.
– Monsieur l’Abbé a terminé en parlant des amitiés qui peuvent nous unir à tel ou tel saint en particulier (par exemple le Saint Curé d’Ars avec Sainte Philomène) et il a évoqué ces liens spéciaux, qui ne sont pas brisés par la mort, et qui font qu’un époux, une mère, un ami parvenus dans la Lumière d’En-Haut, exercent sur les leurs une vigilance et une protection plus active et plus intime que jamais…

Après la Messe, nous avons récité les litanies de Sainte Philomène et la prière composée en son honneur par Frère Maximilien-Marie (cf > ici), puis les fidèles ont pu vénérer la relique de la sainte thaumaturge.

Un pique-nique animé et joyeux, au cours duquel les échanges amicaux se sont développés, nous a enfin rassemblés sur la terrasse puisque – Sainte Philomène avait bien fait les choses ! – il ne pleuvait pas ce lundi 11 août.

nika