Procession et Sainte Messe des Rogations au Mesnil-Marie.

Mardi 27 mai 2014

à 17 h

Procession des Rogations suivie de la Sainte Messe

au Mesnil-Marie

Tous nos amis des environs y sont bien évidemment conviés s’ils se trouvent disponibles ce jour-là…
Merci de nous prévenir de votre présence.

Rogations

– Que sont les Rogations ?
Les Rogations (mot qui dérive du mot latin « rogatio, -onis, fem. » qui désigne en l’occurrence l’action de demander, de prier voire de supplier avec une certaine insistance), sont un rite de pénitence qui a pour but d’attirer les bénédictions de Dieu sur les fruits de la terre, et de détourner les châtiments que mériteraient nos fautes.
Les Rogations sont constituées d’une procession au chant des litanies des saints, de stations (facultatives) et de la célébration d’une Messe avec un formulaire particulier (en violet).
Les Rogations sont célébrées le 25 avril, en la fête de Saint Marc (litanies majeures), ainsi que les trois jours qui précèdent la fête de l’Ascension de Notre-Seigneur (litanies mineures).
Le jeûne et l’abstinence étaient autrefois prescrits pendant ces jours (mais si l’obligation n’existe plus de manière formelle, chacun demeure libre de garder les antiques observances), et l’on sait qu’au Moyen-Age beaucoup de gens du peuple, le clergé et de très grands personnages suivaient ces processions pieds-nus.
Au XIIIe siècle, Guillaume Durand écrit qu’on portait le lundi et le mardi des Rogations en tête de procession, un dragon de bois peint dont la queue était longue et dressée ; le mercredi, il était porté en fin de procession et sa queue était basse et déprimée. Le savant évêque de Mende ajoute que ce dragon symbolisait le diable qui avait régné sous la loi naturelle et la loi de Moïse – représentées par les deux premiers jours – , mais qui a été vaincu par la loi de grâce – représentée par le troisième jour – . Au XIXe siècle, cet usage perdurait encore dans plusieurs diocèses (voir photographie en bas de page).
Jusqu’à une date récente, dans certaines régions, à l’occasion des Rogations, les fidèles faisaient aussi bénir au prêtre de petites Croix rustiques qu’ils plantaient ensuite dans leurs jardins ou en bordure de leurs champs, près de leurs ruches, dans leurs vignes ou leurs vergers, dans leurs étables ou leurs poulaillers, spécialement si ceux-ci ne se trouvaient pas sur le parcours des processions de ces jours.

nika

– Quelle est l’origine des Rogations ?
Saint Grégoire de Tours rapporte que, pendant l’automne de 589, Rome fut affligée d’une inondation, suivie d’une maladie contagieuse dont le pape Pélage II fut lui-même victime au début de l’année suivante. Son successeur, le pape Saint Grégoire 1er dit le Grand, pour conjurer la justice divine ordonna une procession solennelle, qui serait donc l’origine de la procession du 25 avril. C’est l’origine et le lieu de cette manifestation qui l’auraient faite appeler « litanies majeures ».
Les « litanies mineures », elles, sont d’origine gallo-romaine : le Dauphiné étant éprouvé par de grandes catastrophes naturelles (tremblements de terre, sécheresse suivie de pluies diluviennes et d’inondations… etc.) et par des troubles sociaux, l’archevêque de Vienne Saint Mamert (mort en 475) organisa trois jours de processions pénitentielles au chant des litanies afin de conjurer ces fléaux, et d’obtenir de Dieu Ses bénédictions pour les travaux des hommes, ainsi que le don de la paix. Cette institution se répandit bientôt parmi les Eglises des Gaules et fut finalement adoptée pour Rome, en 816, par Saint Léon III.

– Particularités liturgiques :
A la procession comme à la Sainte Messe on emploie la couleur violette, signe de la pénitence et de la supplication.
A la Messe des Rogations, on ne chante (ou ne récite si la Messe est simplement lue) ni le Gloria, ni le Credo, on n’allume pas le cierge pascal, mais on conserve l’Alleluia et la préface de Pâques. Le choeur ne se met pas à genoux pour les oraisons comme cela est habituel aux autres Messes de pénitence.

Poitiers : le "Grand Goule", représentation de dragon jadis portée lors des processions des Rogations.

Poitiers : le « Grand Goule », représentation de dragon jadis portée lors des processions des Rogations.