Petites chroniques du mois d’août 2017 au Mesnil-Marie.

Samedi 2 septembre 2017,
Premier samedi du mois dédié à la réparation envers le Coeur douloureux et immaculé de Marie,
Dans l’Ordre de Saint-Augustin, fête de Notre-Dame de Consolation et de la Ceinture (cf. > ici),
Mémoire des Bienheureux Martyrs de septembre 1792 (cf. > ici).

Le campanile du Mesnil-Marie un soir d'été après l'orage

Le campanile du Mesnil-Marie un soir de cet été 2017 après un bref orage

Chers Amis et Bienfaiteurs du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans le livre de l’année 2017, nous venons de tourner la page du mois d’août : il est donc temps pour nous de vous en faire un résumé.

A – Une visite accomplie selon un mode original :
Le 1er août, nous a valu la grande joie d’accueillir Vianney, bientôt 11 ans, qui est l’un des filleuls de Frère Maximilien-Marie.
Il n’est pas venu seul, mais avec Caroline, sa marraine – qui est donc la « commère » de notre Frère – , laquelle avait eu l’idée de cette expédition. Car il s’agissait bien là d’une expédition : partis du Monastier le dimanche 30 juillet, Caroline et Vianney ont marché accompagnés d’une ânesse, nommée Kaïcha, pour arriver au Mesnil-Marie le mardi 1er août au début de l’après-midi.
Kaïcha, dûment bâtée pour transporter la tente ainsi que les sacs de provisions et de vêtements, leur a bien joué quelques tours à la manière de sa parente Modestine qui accompagna jadis Robert Louis Stevenson dans son voyage cévenol, mais ces trois jours resteront, à n’en pas douter, un bon souvenir pour Vianney, très heureux de pouvoir « profiter » de son parrain pendant un moment qui a filé trop vite…
Quant au Maître-Chat Lully, il s’est tenu à distance prudente de Kaïcha pendant tout le temps où elle est restée à paître sur la « terrasse Saint-Charlemagne », et il se hérissait pour essayer de tripler de volume afin de l’impressionner (en vain, il faut bien le dire) chaque fois qu’il apercevait la placide ânesse !

Mardi 1er août : arrivée de Caroline, Vianney et Kaïcha au Mesnil-Marie

Mardi 1er août : arrivée de Caroline, Vianney et Kaïcha au Mesnil-Marie

B – Nouvelles de notre « quasi paroisse » :
Ou plus exactement « quasi paroissiale ». En effet, strictement et fermement attachés à la liturgie selon le rite latin traditionnel, vous savez que nous ne fréquentons qu’en des circonstances très exceptionnelles notre paroisse territoriale, et que nous nous rattachons à des lieux de culte où le rite romain antérieur aux réformes post-conciliaires est célébré, ce qui n’est toujours pas le cas (sauf exceptions rarissimes – voir ci-dessous) dans le diocèse de Viviers où est implanté le Mesnil-Marie, dix ans après le motu proprio « Summorum Pontificum » de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI !
Jusqu’au dimanche de Pâques, Frère Maximilien-Marie se rendait au Puy-en-Velay tous les dimanches et fêtes, à la chapelle de l’ancien monastère des Clarisses, qui est depuis maintenant un an le lieu désigné par Monseigneur l’Evêque du Puy pour la célébration de la Sainte Messe latine traditionnelle.
Toutefois, pendant le premier trimestre de cette année 2017, Frère Maximilien-Marie ayant subi de la part de quelques personnes des attitudes ou réflexions que nous qualifierons simplement d’ « étonnantes », dans le seul but de préserver sa paix intérieure et son recueillement, en accord avec ses conseillers spirituels, a cessé de fréquenter la chapelle du Puy, à laquelle il était cependant très attaché.
Il ne s’agit nullement de fâcherie ou d’une réaction d’amour propre blessé, ainsi que certains l’ont voulu interprêter, mais simplement, ainsi que dit précédemment, de la ferme volonté de préserver son recueillement et sa paix intérieurs. Le jour où les causes qui les mettent en danger cesseront, Frère Maximilien-Marie retournera avec grand plaisir à la chapelle du Puy.
En attendant, notre Frère se rend tous les dimanches soit à la chapelle Notre-Dame de la Rose, à Montélimar, soit à l’église Notre-Dame à Valence.
C’est le même desservant, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, résidant à Lyon, qui assure la célébration de la Sainte Messe dominicale : à 8 h 45 à Montélimar puis à 10 h 45 à Valence. Cela représente un temps de trajet double que pour se rendre au Puy : c’est-à-dire que pour aller à la Sainte Messe à Montélimar il faut partir du Mesnil-Marie à 6 h 45 (retour vers midi), et pour Valence il faut prendre la route à 9 h (retour vers 14 h 30).
Jusqu’à cet été, depuis  trois ans, le desservant habituel de Montélimar et Valence était Monsieur l’Abbé Thibault Paris : nommé à ce ministère juste après son ordination sacerdotale, en 2014, Monsieur l’Abbé Paris a été très apprécié des fidèles de Montélimar et Valence tant pour la ferveur, le sérieux, la profondeur et la qualité de son ministère que pour les rapports cordiaux qu’il avait établis avec chacun.
Le dimanche 6 août, en fin de journée, les fidèles de Notre-Dame de la Rose ont pu lui témoigner de leur amicale reconnaissance à l’occasion d’un apéritif dînatoire.
Frère Maximilien-Marie est attaché d’une manière très spéciale à la chapelle Notre-Dame de la Rose, en raison du souvenir de Monsieur l’Abbé Bryan Houghton qui rendit cet édifice au culte catholique et fut jusqu’à sa mort (en novembre 1992) le précieux soutien des fidèles traditionnels du Vivarais (cf. > ici, > ici et > ici).
Après le ministère « intérimaire » de deux jeunes prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre pendant le mois d’août, les deux communautés de Montélimar et de Valence ont été heureuses, ce dimanche 27 août dernier, de faire connaissance avec leur nouveau chapelain, Monsieur l’Abbé Sébastien Dufour, qui a quinze ans de sacerdoce et arrive de Sées où il a dirigé pendant 5 années l’établissement scolaire « Croix des vents ». Nous lui souhaitons la bienvenue ainsi qu’un fécond ministère auprès de ses fidèles du Vivarais et du Dauphiné.

Montélimar : chapelle Notre-Dame de la Rose. C'est pendant le ministère de Monsieur l'Abbé Thibault Paris qu'ont été réalisés les travaux extérieurs de réfection de la chapelle.

Montélimar : chapelle Notre-Dame de la Rose.
C’est pendant le ministère de Monsieur l’Abbé Thibault Paris qu’ont été réalisés les travaux extérieurs de réfection de la chapelle.

C – Autres nouvelles religieuses :

C1) La fête de Sainte Philomène au Mesnil-Marie, le vendredi 11 août, a été magnifique : un immense merci à Monsieur l’Abbé E.I. qui, en déplacement dans la région, avait accepté de venir célébrer dans notre oratoire et dont la prédication a enchanté ses auditeurs.
Merci également à Monsieur l’abbé G., séminariste, qui nous a aidés pour le chant, et aux servants d’autel qui ont assuré un service impeccable.
Notre oratoire était tellement rempli qu’il n’eût pas été possible d’y faire entrer davantage de fidèles : des sièges avaient été rajoutés dans tous les endroits où il était possible d’en caser et les participants au pique-nique n’ont pas pu tous trouver place sur la « terrasse Saint-Louis », mais ont été contraints de se séparer en plusieurs petits groupes.
L’affluence s’accroîssant d’année en année, il va devenir urgent de trouver des solutions pour un accueil proportionné, tant pour la célébration de la Sainte Messe que pour le pique-nique !
La Sainte Messe de ce 11 août a été célébrée à l’intention de tous nos amis et bienfaiteurs, vivants et défunts.
A l’issue de la Sainte Messe, Monsieur l’Abbé a béni les deux vitraux réalisés en juillet par Frère Maximilien-Marie et qui ont pris place dans les deux petites fenêtres situées à droite et à gauche de l’autel (cf. > ici).

L'élévation du Corps Sacré de Notre-Seigneur à la Messe de la fête de Sainte Philomène, le 11 août 2017 dans l'oratoire du Mesnil-Marie

L’élévation du Corps Sacré de Notre-Seigneur à la Messe de la fête de Sainte Philomène, le 11 août 2017 dans l’oratoire du Mesnil-Marie

C2) Pèlerinage à La Louvesc :
Au moins une fois par an, Frère Maximilien-Marie tient à se rendre à La Louvesc pour y accomplir son pèlerinage auprès de Saint Jean-François Régis, l’apôtre du Velay et du Vivarais. Il est en effet désormais assez difficile – voire dangereux – de se rendre à La Louvesc le 16 juin, jour de la fête liturgique de Saint Régis, en raison des milliers de cyclistes qui prennent part à « l’Ardéchoise », numériquement la plus importante manifestation de cyclotourisme en Europe. Notre Frère reporte donc ses dévotions à un jour de l’été plus paisible.
C’est le dimanche 13 août, de très bonne heure, que Frère Maximilien-Marie a accompli son pèlerinage, avant de se rendre à la Sainte Messe à Valence (cf. supra) : recueillement à la « Fontaine Saint Régis » et remplissage de bouteilles avec l’eau miraculeuse, prières à la chapelle mortuaire (lieu exact de la mort de Saint Jean-François Régis), à la crypte de la basilique située à l’endroit où fut enseveli le saint missionnaire, puis dans la basilique elle-même auprès de la châsse contenant ses reliques : on ne repart jamais de La Louvesc sans avoir été fortifié dans la foi et renouvelé dans la ferveur !
En revanche, notre Frère était attristé de ne pouvoir se recueillir auprès du corps incorrompu de Sainte Thérèse Couderc : les bâtiments où fut fondée par elle la congrégation du Cénacle ont été vendus par les religieuses et la châsse de leur sainte fondatrice s’y trouve toujours en attendant d’être transportée ailleurs (cf. > ici) : il semblerait qu’elle doive être transférée à la basilique.

C3) Fête de l’Assomption de Notre-Dame :
Toutes les années précédentes, pour la procession du renouvellement du voeu de Louis XIII le 15 août, Frère Maximilien-Marie emportait au Puy un de nos reliquaires renfermant une parcelle du Voile de la Très Sainte Vierge Marie, Saint Voile que l’impératrice Sainte Irène de Constantinople avait offert à Saint Charlemagne et qui fut ensuite confié à la cathédrale de Chartres par le Roi Charles le Chauve. Compte-tenu de ce que nous vous avons expliqué ci-dessus, ce ne fut pas le cas cette année. En revanche, le célébrant de la Sainte Messe de l’Assomption à Notre-Dame de la Rose avait accepté avec enthousiasme la proposition de notre Frère et ce furent donc les fidèles de la chapelle de Montélimar qui accueillirent avec ferveur cette précieuse relique.

Chapelle Notre-Dame de la Rose à Montélimar, le 15 août 2017 : L'autel prêt pour la célébration de la Sainte Messe ; le reliquaire renfermant une parcelle du Saint Voile de la Vierge avait été placé devant la Croix de l'autel.

Chapelle Notre-Dame de la Rose à Montélimar, le 15 août 2017 :
L’autel prêt pour la célébration de la Sainte Messe ;
le reliquaire apporté du Mesnil-Marie et renfermant une parcelle du Saint Voile de la Vierge avait été placé devant la Croix de l’autel.

C4) Deux Saintes Messes traditionnelles célébrées dans des églises paroissiales en Vivarais :
Les samedis 19, pour la fête de Saint Jean Eudes, et le XIème dimanche après la Pentecôte 20 août, nous fûmes heureux d’assister à la célébration (tout-à-fait exceptionnelle) de la Sainte Messe latine traditionnelle dans deux églises paroissiales du diocèse de Viviers : le premier jour au Cheylard, donc très proche du Mesnil-Marie, puis le dimanche à Privas. Un pèlerinage de jeunes adultes, roulant à bicyclette, traversait en effet notre diocèse : l’aumônier en était un prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.
Ce fut une vraie consolation d’une manière très spéciale pour Frère Maximilien-Marie d’assister à celle du 19 août : ce jour-là en effet avait lieu, à quelque 150 km de là, une cérémonie non religieuse suivie de la crémation, pour son parrain décédé le 15 août à l’âge de 85 ans.

C5) Au revoir aux prêtres de la Communauté Saint-Martin présents au Puy :
Les prêtres de la Communauté Saint-Martin qui assuraient un ministère paroissial au Puy-en-Velay quittent cette ville et ce diocèse. Seul demeure le prêtre en charge du Pensionnat Notre-Dame de France. Pendant le temps de sa présence à l’église Saint-Laurent, nous avons toujours eu d’excellentes relations avec Don Thomas Diradourian, qui d’ailleurs avait accueilli dans son église l’une des Saintes Messes du pèlerinage légitimiste (Confrérie Royale et UCLF) à l’occasion du Grand Jubilé de 2016.
Avant son départ, Don Thomas a invité Frère Maximilien-Marie à partager un repas avec les prêtres et séminaristes de la Communauté présents au Puy. Ce fut le 22 août, à l’occasion de la fête du Coeur immaculé de Marie.

Samedi 26 août : 5 amis sont venus au Mesnil-Marie pour des travaux nécessitant de la force physique... ... ici démontage d'un ancien conduit de cheminée qui menaçait de tomber.

Samedi 26 août : 5 amis sont venus au Mesnil-Marie pour des travaux nécessitant de la force physique…
… ici démontage d’un ancien conduit de cheminée qui menaçait de tomber.

D – Quelques autres nouvelles :

– Notre changement d’opérateur pour le téléphone et internet qui nous a valu une coupure intempestive de la ligne par l’ancien prestataire de services (Orange) avant la date prévue, et nous avait poussé à publier une note d’avertissement le 8 août (cf. > ici) se révèle, jusqu’à présent, très satisfaisant : meilleur débit pour Internet, micro-coupures moindres, économies importantes quant aux tarifs… et le nouvel opérateur s’est mis en quatre pour que notre ligne soit rétablie dès le 9 août après-midi.

– Frère Maximilien-Marie a été atteint, à partir du mercredi 16 août, par un angioedème qui affectait son oeil gauche : ce ne fut pas douloureux, mais cela se révélait très gênant, en particulier pour lire et écrire. Le médecin, rapidement consulté, a diagnostiqué l’origine allergique de cette affection et lui a prescrit un traitement qui, déjà le dimanche 20 août, avait considérablement réduit le gonflement des paupières.

– Le samedi 26 août, 5 amis ont généreusement donné de leur temps et de leurs forces et ont passé la journée au Mesnil-Marie… dans la poussière et la sueur. Au programme, des travaux de force que la colonne vertébrale de Frère Maximilien-Marie ne lui permet pas d’accomplir : le matin démontage d’un ancien conduit de cheminée devenu inutile et dont on peut dire qu’il tenait « par l’opération du Saint-Esprit » tant il était en mauvais état, et l’après-midi transport des morceaux de troncs d’arbres abattus en juillet par l’élagueur ; fendus ou découpés, après séchage, ils pourront alimenter notre poêle.

Nous remercions très chaleureusement ceux qui se sont empressés de répondre à notre appel : tous ceux qui désirent connaître les suites de cette d’amende infligée à Frère Maximilien-marie peuvent nous contacter (cf. > ici), et nous les informerons des suites de cette affaire quasi kafkaïenne.

Nous vous souhaitons un bon et beau mois de septembre et vous restons amicalement unis par la prière…

Le Chroniste

Gif moine

Pour aider le Refuge Notre-Dame de Compassion et soutenir son action > ici