Petites chroniques de l’automne 2017 au Mesnil-Marie.

Lundi 27 novembre 2017,
En la fête de la manifestation de la médaille miraculeuse ;
Anniversaire de la mort du Roi Clovis 1er (+ 27 novembre 511).

Saint-Martial : le village et le lac au premier jour de l’automne, 22 septembre 2017

Chers Amis et Bienfaiteurs du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Quelques uns d’entre vous nous ont adressé de gentils messages s’inquiétant : « Voilà longtemps que nous n’avons pas reçu de vos nouvelles ! » Cette sollicitude nous touche et nous vous en sommes reconnaissants. Vous allez donc trouver ci-dessous, de manière thématique, les principales nouvelles des mois de septembre, octobre et novembre 2017.

A – Principales nouvelles à caractère religieux :

Nous n’allons pas vous donner le détail de la vie quotidienne de prière, de méditation et d’études spirituelles du Mesnil-Marie, toutefois nous pouvons vous signaler que Frère Maximilien-Marie publie tous les matins sur sa page Facebook (accessible même à ceux qui ne possèdent pas de compte Facebook) un éphéméride qui donne les fêtes et les mémoires du jour : cela peut permettre à ceux qui le souhaitent de garder un contact spirituel avec nous et d’être à l’unisson liturgique de notre vie (selon le calendrier antérieur à toutes les réformes survenues depuis la deuxième moitié du XXe siècle et avec nos particularités augustiniennes, vivaroises et françaises).

Cela dit, nous retiendrons trois événements :

A1 – Dans notre chronique du mois d’août (cf. > ici), nous vous disions que, momentanément, Frère Maximilien-Marie avait cessé de se rendre à la chapelle du Puy où est assurée la Sainte Messe latine selon le rite latin traditionnel. Monsieur l’Abbé, ayant réussi à « neutraliser » les personnes toxiques qui en empoisonnaient l’atmosphère, notre Frère a, depuis le mois d’octobre, repris la route du Puy et son assistance au chapelain en charge de la liturgie traditionnelle, dans des conditions qui garantissent sa paix intérieure et une vie spirituelle sereine.

A2 – Le samedi 21 octobre, Frère Maximilien-Marie s’est rendu, à Saint-Pierre de Colombier, aux funérailles du Père André (Rousset) prêtre de la communauté dans laquelle il avait commencé sa vie religieuse : le Père André et Frère Maximilien-Marie avaient prononcé ensemble leurs vœux perpétuels, le 24 septembre 1989. Notre Frère a été accueilli avec de touchantes marques de sympathie par les pères et frères de la « famille missionnaire Notre-Dame », dont certains ont été ses élèves lorsqu’il était chargé de formation au noviciat de la communauté.
Et puis il y a cette anecdote :
En se rendant aux funérailles du Père André, Frère Maximilien-Marie est tombé en panne en plein dans un virage en épingle à cheveux, dans un épais brouillard, sur une toute petite route peu fréquentée, à quelque 1000 m d’altitude, dans une zone où il n’y a pas de couverture pour les téléphones portables… Mais la Providence veillait : moins de deux minutes plus tard arrivait une auto au-devant de laquelle Frère Maximilien-Marie s’est avancé pour éviter le carambolage (un de ses amis lui a dit : « Non mais est-ce que tu te rends compte que tu aurais pu provoquer un arrêt cardiaque pour le chauffeur quand il a vu sortir de cette purée de pois, devant lui en plein milieu de la route, un type en robe noire et en sandales au milieu de ce paysage fantomatique !!! »). Il y avait dans cette auto un jeune couple de provençaux qui revenait de la foire aux chevaux de Faÿ-sur-Lignon et avait décidé de rentrer par les petites routes pour faire un trajet « plus pittoresque » !!! C’était leur souhait, mais ils ne s’attendaient peut-être pas à ce « pittoresque » là…
Bref ! Le jeune homme avait une formation de garagiste : il a posé le bon diagnostic (rupture du câble d’embrayage) et a pu conduire le véhicule de Frère Maximilien-Marie dans les 15 km de descente jusqu’au prochain village où notre Frère a pu téléphoner à l’assurance et être pris en charge…

A3 – Le dimanche 19 novembre était le jour exact du 25ème anniversaire du rappel à Dieu de l’Abbé Bryan Houghton, ce « prêtre rejeté » (titre de l’un des ses livres) qui a fait tant de bien aux fidèles attachés à la Sainte Messe latine traditionnelle depuis sa résidence de Viviers. Frère Maximilien-Marie s’est rendu ce jour-là à la chapelle Notre-Dame de la Rose, à Montélimar, puis, après la Messe, à Viviers avec un groupe de fidèles pour un temps d’amitié et de prière sur la tombe du cher Abbé.

Parmi les travaux domestiques de l’automne il y a la réalisation de la confiture de tomates vertes… Un régal !

B – Légitimité :

B1 – Le Cercle Légitimiste du Vivarais Abbé Claude Allier a repris ses activités mensuelles de formation et d’étude. Mais en particulier, le samedi 11 novembre – en la fête de Saint Martin, apôtre des Gaules – après deux années d’existence comme association de fait, ses membres ont tenu l’assemblée générale constitutive afin de devenir une association de droit selon la loi de 1901. Son objet est ainsi défini : « L’Association a pour objet de contribuer à la défense et à la promotion du patrimoine historique et religieux de l’ancienne province royale du Vivarais ainsi que de la France en général ; et plus particulièrement de contribuer à valoriser le rôle de la monarchie capétienne dans la construction de l’unité et de l’identité française ».

Frère Maximilien-Marie a été reconduit dans sa mission de président, ou plus exactement de Sénéchal, car il a été convenu que ce serait désormais ainsi que serait appelé celui qui préside aux destinées du Cercle, ce terme convenant davantage que celui de président à l’esprit qui l’anime. Le Cercle se compose à l’heure actuelle d’une quinzaine de membres et il y a en outre une dizaine de sympathisants qui en suivent occasionnellement les réunions ou activités. Il est bien sûr ouvert à l’accueil d’autres membres ou sympathisants, et son programme d’activités est établi : toutes les personnes qui seraient intéressées peuvent nous contacter…

Dès sa création en association de droit, le Cercle Légitimiste du Vivarais a aussitôt demandé son affiliation à l’UCLF (Union des cercles légitimistes de France). Le samedi 25 novembre, Frère Maximilien-Marie était d’ailleurs présent toute la journée à Paris (parti du Mesnil-Marie a 5 h 30 il y est revenu à minuit et demi) pour la réunion annuelle des présidents et représentants de Cercles de l’UCLF : journée intense de travail et d’approfondissements, dans une ambiance très amicale.

Frère Maximilien-Marie s’était également rendu à Crest, le 20 octobre au soir, à la demande du président du Cercle légitimiste du Dauphiné Crillon le Brave, pour y lancer les réunions d’étude de ce cercle voisin et ami, en y présentant sa conférence sur « la sainteté de la Maison de France ».

B2 – Confrérie Royale :
A la suite de diverses circonstances qu’il n’est pas nécessaire de détailler ici, Monsieur l’Abbé Louis de Saint-Taurin, co-fondateur de la Confrérie Royale, a remis sa charge de Grand Prieur. Tous lui sont très reconnaissants pour le travail qu’il a accompli à la tête de la Confrérie, qu’il ne quitte évidemment pas et dont il demeure l’un des accompagnateurs spirituels.

Après avoir invoqué les lumières du Saint-Esprits et réfléchi à ce qui serait le plus profitable pour elle dans les circonstances actuelles, les membres du conseil de la Confrérie Royale ont demandé à notre Frère Maximilien-Marie d’assumer la charge de Prieur (voir le communiqué annonçant cette nomination > ici). C’est en la très belle fête de la Présentation de Notre-Dame au Temple, le 21 novembre, que le nouveau Prieur a pris ses fonctions. Il se confie humblement à la prière de tous les membres de la Confrérie, mais aussi à celle de tous les amis du Refuge Notre-Dame de Compassion afin d’être docile aux inspirations de la grâce et diriger la Confrérie Royale en tout selon la sainte volonté de Dieu.

B3 – La journée du souvenir catholique en Languedoc : C’est dans ce même esprit de service de la royauté traditionnelle française, que Frère Maximilien-Marie a pris part à l’habituelle journée du souvenir catholique en Languedoc, organisée à Saussines par l’association Père Salem-Carrière. Ce samedi 30 septembre, ainsi que cela avait été annoncé (cf. > ici), après la Sainte Messe et le déjeuner, Frère Maximilien-Marie a fait une communication sur « le Grand Chanéac, chouan des hautes Boutières ». Il semble que son intervention a beaucoup plu à ses auditeurs.

En raison d’un automne exceptionnellement sec et doux, nous n’avons allumé le poêle que le 6 novembre 2017

C – Vie associative et autres :

Avec le mois de septembre, la vie des associations locales a repris.
Frère Maximilien-Marie, qui a été élu aux conseils d’administration de plusieurs d’entre elles (« Amis du Mézenc », « Association pour la préservation des paysages exceptionnels du Mézenc » (APPEM), « Pôle Haroun Tazief en Vivarais-Velay » (PHTVV), « Agence Mézenc Information », « Ronde des Sucs ») a donc retrouvé le rythme des réunions avec les unes et les autres.

Nous vous parlerons aujourd’hui un peu plus de « La Ronde des Sucs » qui promeut la randonnée sur les trois plus hautes communes des hautes Boutières (Borée, La Rochette et Saint-Martial) et organisait jusqu’en 2017 deux journées, l’une au printemps et l’autre à l’automne, pour que les amateurs de randonnée puissent découvrir les admirables paysages de ce haut pays. Cette année 2017, un déficit de bénévoles n’a pas permis d’assurer ces deux journées, au grand dam d’un certain nombre de fidèles de nos circuits. Le président de l’association ayant donné sa démission pour des raisons personnelles, Frère Maximilien-Marie, qui était secrétaire, a assuré la présidence par intérim et s’est investi pour que l’association retrouve du dynamisme : à la dernière assemblée générale, ce 17 novembre dernier, il a été élu président de l’association.
A ce titre, notre Frère a été invité déjà à deux reprises par les responsables du développement touristique de la communauté de communes « Montagne d’Ardèche » pour des réunions de concertation et de maturation de projets…

Avec cela, Frère Maximilien-Marie continue son travail bénévole de correspondant local de presse pour l’hebdomadaire « Terre Vivaroise » : une autre manière de valoriser le village de Saint-Martial et son patrimoine naturel et humain d’une grande richesse et de participer à sa vie.
Ses contributions, ses photos et le style de ses contributions semblent satisfaire les lecteurs et les villageois, avec lesquels ce « poste » lui permet de nouer des relations de plus en plus cordiales.

Coucher de soleil au Mesnil-Marie contemplé depuis la terrasse Saint Constantin le 21 novembre 2017

D – Travaux d’automne :

Dans le domaine matériel, cet automne a permis quelques réalisations importantes : outre – c’est habituel avant l’hiver – la livraison et l’acheminement de plusieurs stères de bois de chauffage (un immense merci aux amis qui sont venus aider pour les monter jusqu’au Mesnil-Marie !), il y a eu la plantation d’arbres fruitiers qui nous été offerts, le traitement (bis) de la charpente et de la volige en raison d’une nouvelle manifestation de capricorne (ce qui a nécessité le déménagement complet de l’oratoire pour le temps de l’intervention), et un gros travail de terrassement pour aménager un chemin qui puisse permettre à des véhicules de chantier d’accéder au premier niveau des champs en terrasse qui se trouvent au-dessus du Mesnil-Marie.

Frère Maximilien-Marie a également commandé au menuisier le remplacement d’une fenêtre qui a été endommagée un jour de fortes intempéries et qui n’assure plus correctement son rôle de fermeture et d’isolation thermique, et le renforcement d’un point de la charpente qui a été découvert très abîmé lors de la démolition de cet ancien conduit de cheminée réalisée à la fin août (cf. > ici).

Pour tous ces travaux, et pour pouvoir continuer les aménagements du Mesnil-Marie, nous faisons une fois de plus appel à votre générosité

(Pour faire un don > ici )

E – En Avent, marche !

Nous voici aux portes de la nouvelle année liturgique.
Le saint temps de l’Avent revient avec ses magnifiques traditions populaires exprimant l’espérance et la joie de la venue du Rédempteur : couronne de l’Avent (cf. > ici), blé de Sainte Barbe (cf. > ici), illuminations du 8 décembre (cf. > ici)… etc.
Avec, surtout, les textes splendides de la liturgie qui va nous conduire jusqu’à Noël.

Nous vous souhaitons de vivre ces prochaines semaines dans une joyeuse ferveur et nous vous assurons de notre union dans la prière.

Le Chroniste.