Nous sommes exposés à des risques nucléaires majeurs…

Nous sommes exposés à des risques nucléaires majeurs…
Ce n’est pas là un avis personnel, ce sont les conclusions de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ANS) rendues publiques, même si c’est en termes édulcorés, par l’EDF le 19 mai dernier : « La tenue au séisme de certaines protections n’a pas pu être démontrée de manière satisfaisante pour les unités de production de Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines, Le Blayais, Saint-Laurent et Tricastin ».
En clair : en cas de séisme, les actuelles protections seraient insuffisantes et les populations alentour seraient exposées aux radiations fatales, de la même manière que cela s’est produit au Japon autour de la centrale sinistrée de Fukushima !

Implantée sur la rive droite du Rhône, la centrale nucléaire de Cruas-Meysse n'est qu'à quelques dizaines de km à vol d'oiseau du Mesnil-Marie

Implantée sur la rive droite du Rhône, la centrale nucléaire de Cruas-Meysse n’est qu’à quelques dizaines de km à vol d’oiseau du Mesnil-Marie

Or le risque de séisme existe bel et bien en France aujourd’hui : régulièrement, des secousses – relativement mineures – nous rappellent que, d’une manière générale, tout le quart sud-est de la France, mais tout spécialement la vallée du Rhône, le massif alpin et la bordure sud-est du massif central sont des zones sismiques.
En son temps, Haroun Tazieff l’avait rappelé avec force, pointant du doigt en particulier l’implantation de la centrale nucléaire du Tricastin, qui se trouve pratiquement à l’épicentre de tremblements de terre meurtriers qui se répétèrent de juin 1772 à décembre 1773 !

Pour lire ou relire l’article du Dauphiné Libéré consacré à ces conclusions de l’Autorité de Sûreté Nucléaire > Tricastin/Cruas : les protections de plomb ne résisteraient pas à un séisme.