Nous avons lu et nous avons aimé : « Louis XVII » par Hélène Becquet.

Née en 1979, ancienne élève de l’École nationale des Chartes, agrégée d’histoire et docteur en histoire de l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, maître de conférences à l’IEP Sciences-Po Paris, Hélène Becquet est une historienne et biographe de talent. Elle a codirigé un recueil d’articles intitulé : « La dignité de roi : regards sur la royauté en France au premier XIXe siècle », ouvrage inégal paru en 2009 aux Presses Universitaires de Rennes, puis elle a elle-même publié en 2012 une biographie de « Marie-Thérèse de France, l’orpheline du Temple », aux éditions Perrin, et enfin, en mai 2017, toujours chez Perrin, elle a fait paraître un « Louis XVII » justement digne d’intérêt. 

Hélène Becquet - Louis XVII - Perrin mai 2017

Dans cette biographie, Hélène Becquet – d’une manière certes beaucoup moins mystique que feu le Réverend Père Jean Charles-Roux (cf. > ici) puisqu’elle se cantonne d’une manière quasi chirurgicale aux faits historiques – a su, au terme de plusieurs années de recherches honnêtes et précises, dresser un tableau fort intéressant de la vie et de la personnalité de l’enfant-Roi, ainsi que des enjeux qui l’ont entouré et ont pesé sur sa destinée.

Evidemment, l’historienne aborde la question de la mort de Louis XVII au Temple et, d’une certaine manière, c’est là qu’on l’attend.
Hélène Becquet a examiné avec sérieux les hypothèses concernant la survivance du jeune Roi. Ces hypothèses, qui ne manquent certes ni de romantisme ni de capacité à attendrir et à faire rêver, se révèlent finalement tellement éloignées de l’abrupte vérité, cette vérité des faits dont l’historienne dresse un état rigoureux et objectif, au-delà des légendes.
Pour ne rien vous cacher, nous avons même commencé la lecture de cet ouvrage par les derniers chapitres qui traitent de cette hypothétique survivance et des très nombreux prétendants. C’est le sérieux et l’objectivité qui s’y déploient qui nous ont ensuite portés à lire le début de cette étude !

Bien sûr, Hélène Becquet ne semble pas issue des rangs de la Légitimité ni même de ceux des sympathisants de la monarchie traditionnelle, aussi relève-t-on sous sa plume quelques rares réflexions auxquelles nous ne souscrivons pas. Il nous semble toutefois qu’un lecteur avisé saura faire la part des choses et que cela n’altère pas en profondeur la qualité du travail qui a été ici publié.