Blason du Refuge Notre-Dame de Compassion

Ce blason a été réalisé dans les règles les plus strictes de l’héraldique par un de nos amis qui nous en a fait la surprise…

Blason_Refuge NDC

Blason du Refuge Notre-Dame de Compassion :

Il se lit ainsi : « Écartelé, au 1 d’argent à 5 larmes de gueules, au 4 de gueules à 7 larmes d’argent, au 2 d’azur à la fleur de lys d’or, au 3 du même à l’ancre d’argent accompagnée de 3 étoiles d’or. Soutenu par un bourdon posé en pal derrière l’écu. »

Explication du blason :

La division de ce blason en quatre parties (en héraldique on appelle cela un « écartelé », chacune de ces parties étant nommée « canton ») permet de préciser – en chacun de ces cantons – l’un des caractères propres de l’œuvre.

Les cantons opposés se répondent et se complètent formant deux axes :

1) Dans le premier axe (où se répondent les champs de gueules et d’argent) sont signifiées la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ et la Compassion de Notre-Dame : les chiffres 5 et 7 correspondent d’une part au nombre des principales plaies du Christ et d’autre part aux Douleurs de la Vierge.

2) Dans le second axe (sur champ d’azur) la dimension mariale est encore développée : la fleur de lys – évocatrice de virginité, de pureté céleste, mais aussi d’élection divine, et de grâce, et enfin de royauté – a ici tout son sens marial ; n’oublions pas en outre que Notre-Dame est Reine de France par une donation officielle…
Le symbole de l’ancre se retrouve dans certaines représentations de la Vierge illustrant son titre de « Refuge des pécheurs » (Refugium peccatorum), c’est-à-dire celle vers laquelle ils se tournent pour être relevés et pour ne jamais désespérer de leur salut : car déjà Saint Paul (Hebr. VI, 19) avait fait de l’ancre le symbole de l’espérance, par laquelle nous sommes fermement rattachés à l’éternité bienheureuse, le Ciel qui est figuré par les étoiles (le nombre trois évoquant bien sûr la Sainte Trinité dont la contemplation fera le bonheur sans fin des sauvés).

Enfin, le bourdon (bâton des pèlerins) qui soutient l’écu représente le service d’église : il est traditionnellement attribué aux chapellenies et autres confréries dans l’héraldique ecclésiastique.