Huitième centenaire de la bataille de Bouvines.

1214 – 27 juillet – 2014

Le beau dimanche de Bouvines

Philippe-Auguste victorieux à Bouvines, tableau d'Horace Vernet (château de Versailles)

Philippe-Auguste victorieux à Bouvines, tableau d’Horace Vernet (château de Versailles)

Ce dimanche 27 juillet 2014 a marqué le huitième centenaire de la victoire de Bouvines, remportée le dimanche 27 juillet 1214 par le Roi de France Philippe II, dit Auguste, sur les troupe coalisées de l’Empereur germanique et du Roi d’Angleterre.

Au temps où l’histoire de France était enseignée de manière constructive dans les écoles, la victoire de Bouvines était au nombre des dates importantes que les élèves devaient retenir, en raison de l’importance de l’évènement qui ne fut pas seulement un épisode militaire parmi d’autres mais bien un tremplin de premier ordre dans la construction de l’unité française.

On comprend dès lors que, travaillant à la déconstruction de ce qu’ont bâti treize siècles de Royauté, les gouvernements qui se sont succédés ces dernières décennies à la tête de la France ont choisi d’oublier et de faire oublier Bouvines, au point que les plus hautes autorités de l’Etat ont brillé par leur absence aux célébrations organisées ce dimanche 27 juillet 2014.
Aussi peut-on légitimement penser que cette absence était un signe cohérent de la réalité, et que, au moins, leur présence n’a pas fait tache dans la célébration de ce beau dimanche !

Voici quelques liens utiles pour se rafraîchir la mémoire ou pour approfondir sa connaissance de la victoire de Bouvines :

– le dossier publié dans le journal « la Voix du Nord » :
Pourquoi il ne faut pas oublier Bouvines.

– l’article publié par notre ami Jean-Claude sur son excellent site « Chemin d’amour vers le Père » :
8e centenaire de la bataille de Bouvines, sur lequel on peut visionner une mini-vidéo fort bien faite.

– le texte du discours prononcé à Bouvines ce 27 juillet 2014 par Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, aîné des Capétiens, sur le blogue du Maître-Chat Lully :
« Une grande nation est celle qui sait s’inscrire dans le temps ».

Armes de France