La mésange huppée.

Pendant la mauvaise saison, nous avons à coeur de nourrir les petits oiseaux qui ne sont pas migrateurs, nous vous en avions déjà parlé à la fin octobre (cf. > ici). La fenêtre du Mesnil-Marie est, peut-on dire, leur « resto du coeur », ainsi qu’en témoigne ces trois minutes de mini-vidéo montrant le va-et-vient incessant des mésanges.

https://www.youtube.com/watch?v=FZ8HYwdNNyI

Ce sont en effet majoritairement des mésanges qui viennent se ravitailler sur notre fenêtre ; car la mésange ne consomme pas sur place : elle vient chercher une graine et va la décortiquer un peu plus loin, perchée sur un arbuste ou un arbre.
Comme nous vous le disions dans la publication sus-évoquée, ce sont majoritairement des mésanges nonnettes, des mésanges charbonnières, des mésanges à tête noire, et des mésanges bleues qui se succèdent sans arrêt depuis le lever du jour jusqu’au soir.
Nous avons aussi identifié le pinson des arbres (très difficile à photographier ou à filmer), qui, lui, consmme sur place, à condition qu’il n’aperçoive personne derrière la vitre.

Et puis, depuis quelques semaines, il y a quelques spécimens d’une autre variété de mésanges que nous voyons de temps en temps et que nous n’avions pas observée les années précédentes : la mésange huppée.
Nous n’avons pas encore réussi à en faire une photographie satisfaisante, car elle-aussi est très timide et s’envole dès qu’elle perçoit le moindre mouvement – même lointain – derrière la vitre ; c’est pourquoi nous avons dû, pour vous la présenter, emprunter ce cliché  ailleurs :

La mésange huppée (Lophophanes cristatus)

La mésange huppée (Lophophanes cristatus)