Compte-rendu des activités de l’été 2015 (1ère partie).

Nous voici déjà au début du mois de septembre !
Et voici déjà des impressions d’automne : le vert des arbres commence à s’éclaircir et à tirer vers le jaune ; les longues soirées de juillet semblent déjà loin ; les hirondelles sont reparties depuis une dizaine de jours déjà ; les nuits rallongent de manière évidente et sont beaucoup plus fraîches (le thermomètre a frôlé les 5° ce vendredi 4 septembre vers 7 h du matin) ; le bois de chauffage pour l’hiver a été livré et se trouve bien rangé « en écailles de tortue » pour en accélérer le séchage ; et il n’est pas rare, au petit jour, d’apercevoir de furtifs écureuils qui descendent de la forêt sise au-dessus du Mesnil-Marie : ils viennent chercher les premières noix qui tombent des noyers proches de la maison… etc.
Voici une photo du Mesnil-Marie prise ce matin même (c’est une partie de ce même cliché qui est repris en « bandeau » en tête de notre site pour plusieurs semaines) :

Le Mesnil-Marie ce 4 septembre 2015 dans la lumière du matin

Le Mesnil-Marie ce 4 septembre 2015 dans la lumière du matin

Voici aussi la première partie d’un rapide compte-rendu des activités les plus marquantes d’un été qui a été particulièrement riche, c’est-à-dire aussi bien rempli voire (sur)chargé :

1 – Le dimanche 21 juin :
C’était tout à la fois le début de l’été, la Journée Nationale du Patrimoine de Pays et la Fête de la Musique : cette coïncidence du calendrier a donné l’idée à notre amie Elodie Blanc, historienne et guide du patrimoine en montagne ardéchoise, et à Frère Maximilien-Marie de s’associer pour proposer une visite des ruines de l’abbaye de Mazan au cours de laquelle seraient interprétées des pièces de chant grégorien.
Ce fut l’occasion pour notre Frère de « passer sur les ondes », puisqu’il fut appelé à présenter l’événement aux micros de France Bleu Drôme-Ardèche et de RdB, la radio des Boutières.
Ce sont près de trente-cinq personnes qui, pendant quelque deux heures et demi, se sont retrouvées à Mazan l’abbaye ce dimanche 21 juin après-midi (certaines venues d’assez loin), et, selon les échos que nous en avons eus par la suite, qui ont été enchantées par cette visite en chants…

2 – Traditionnel feu de la saint Jean :
Frère Maximilien-Marie en a rétabli la pratique en 2009, et c’est devenu l’un des beaux moments de la vie du hameau : nous nous retrouvons le 23 juin au soir entre voisins.
Chacun apporte de quoi régaler la compagnie, et les langues vont bon train. Lorsque la nuit tombe nous allumons le feu ; Frère Maximilien-Marie avait préparé un beau bûcher au milieu de notre pâture : les plus audacieux le sautent, selon la tradition…

3 – Elu dans les conseils d’administration de plusieurs associations engagées dans la vie culturelle et patrimoniale locale, Frère Maximilien-Marie a participé aux réunions de plusieurs d’entre eux.
C’est toujours un investissement de temps et d’énergie (d’autant que ces associations proposent des randonnées, expositions, conférences… pendant les mois de juillet et août), mais ce sont aussi toujours des moments riches de rencontres, de découvertes et d’échanges…

Gif moine

4 – Les propositions culturelles sont nombreuses et variées dans notre massif pendant la période estivale : Frère Maximilien-Marie a été honoré d’avoir reçu une invitation officielle à l’inauguration du 22ème festival international des arts qui se déroule à la Grange de Clavières, à Saint-Agrève (cf. > ici). La brochette d’élus et d’officiels présents à cette inauguration est toujours impressionante : la bure noire d’un moine n’y passe pas inaperçue et si certains élus de gauche font de risibles détours pour ne pas se trouver trop près de lui (!!!), d’autres personnes moins sectaires viennent volontiers engager la conversation avec notre Frère, prendre ses coordonnées, lui communiquer les leurs… etc.
Frère Maximilien-Marie s’est aussi rendu à trois reprises au Monastier-sur-Gazeille pour trois prestations très différentes mais toutes d’une belle qualité :
– a) une visite-conférence nocturne du Musée des Croyances Populaires ;
– b) une après-midi de visite de l’ensemble abbatial avec un guide-conférencier (visite d’autant plus passionnante que notre Frère était seul avec le-dit guide-conférencier ce jour-là), occasion aussi de parcourir avec soin une très intéressante exposition didactique présentée au sein de l’Espace Culturel Européen consacrée aux cloches du canton du Monastier :  11 églises, 38 cloches dont 11 sont antérieures à la révolution (exposition en cours jusqu’à la fin décembre et que nous recommandons chaleureusement à ceux que ce sujet intéresse et qui se trouvent dans notre région : voir > ici) ;
– c) dans le cadre du 27ème festival des cuivres du Monastier (cf. > ici), pour un excellent concert de musique baroque : positif, violon baroque et trompettes baroques (violon et trompettes véritablement d’époque). Ce concert donné dans l’église Saint-Jean, qui ne sert (malheureusement) plus au culte, a aussi été l’occasion de découvrir l’intérieur de ce bel édifice et d’admirer la somptueuse restauration de son retable baroque…

5 – A la mi-juillet, à l’occasion de la fête du village voisin, Arcens, des amies, qui ont constitué une association équestre intitulée « les Cavalières d’Arcens », présentaient un spectacle avec leurs chevaux : à la base il s’agissait de montrer des exercices de dressage, les pas… etc.
Puis l’idée est venue d’intégrer cette démonstration dans une histoire : la fille de l’une des cavalières, collégienne dévoreuse de livres et plutôt douée pour l’écriture, a donc créé un récit onirique ; ensuite un talentueux couturier ami à prêté aux cavalières de magnifiques robes longues, semblables à celles que portent les princesses dans les contes…
Mais les cavalières cherchaient un lecteur, pour lire le texte du conte lors du spectacle…  alors elles ont réquisitionné Frère Maximilien-Marie : après quelques répétitions et mises au point, au jour J, le spectacle équestre des cavalières en somptueux atours a enchanté les yeux de l’assistance.
Il paraît aussi que certains spectateurs ont cru, en toute bonne foi, que le lecteur en costume de moine portait un déguisement !!!

Gif moine

6 – Pendant une grande partie des mois de juillet et d’août, notre sacristine de l’église de Ceyssac – près du Puy-en-Velay – , église attribuée à la célébration de la Sainte Messe selon le rite latin traditionnel, a été absente. Monsieur l’abbé aussi a été absent plusieurs dimanches.
Il a incombé à Frère Maximilien-Marie de préparer les Messes, de veiller à la propreté de l’église, et d’accueillir et assister les prêtres qui sont venus célébrer en remplacement de notre pasteur attitré.

7 –  L’été est aussi une période chargée en ce qui concerne l’entretien du Mesnil-Marie et le nettoyage de ses alentours : il ne faut pas se laisser envahir par les mauvaises herbes, le lierre, les orties et les ronces ; il faut aussi couper l’herbe et, pour cela, recourir à la débroussailleuse.
L’été est aussi le temps où l’on fait livrer le bois de chauffage de l’hiver suivant (ici, ce sont au moins six mois complets pendant lesquels notre gros poêle chauffe en continu) : les camions ne pouvant accéder jusqu’au Mesnil-Marie, ils montent cependant à reculons le plus haut possible dans le chemin et déversent là leur chargement. Ensuite, il faut terminer de l’acheminer à la brouette et le ranger : si quelques « bonnes âmes » ont participé à ces charrois, c’est à Frère Maximilien-Marie qu’a cependant incombé le transport de plus des deux tiers des bûches, soit près de 14 stères.
L’été est également la bonne période pour ré-imprégner d’huile de lin toutes les portes et fenêtres du Mesnil-Marie afin d’assurer leur protection maximale. L’exceptionnelle chaleur du mois de juillet et de la première quinzaine d’août a facilité les choses cette année : Frère Maximilien-Marie a ainsi pu retirer de leurs gonds pendant tout le temps de ce travail un grand nombre de fenêtres, afin de travailler à plat.
Et pour empêcher les mouches de nous envahir pendant le jour et les chauve-souris de nous visiter pendant la nuit, Frère Maximilien-Marie avait fixé à toutes ces fenêtres béantes de fins tissus, laissant entrer l’air et la lumière, mais pas les indésirables (en fait les chauve-souris ne sont pas du tout indésirables : ce sont de charmantes bestioles très utiles que nous aimons beaucoup ; ce qui est indésirable en revanche, c’est la sarabande « endiablée » qu’occasionne au beau milieu de la nuit leurs aimables visites, car le Maître-Chat Lully se met à leur courir après à travers toute la maison et bondit en tous sens pour les attraper)…

(à suivre)

chauve souris gif

Nous avons toujours besoin de dons pour achever d’honorer la facture des travaux de reconstruction et de rétablissement de l’accès au Mesnil-Marie (cf. > ici), ainsi que pour les frais quotidiens de la vie et du rayonnement du Refuge Notre-Dame de Compassion.
Nous remercions chaleureusement tous les amis et bienfaiteurs qui ont opté pour un versement mensuel régulier ; tous les amis et bienfaiteurs qui nous ont fait parvenir des oboles ponctuelles ; tous les amis et bienfaiteurs qui se manifesteront encore, selon ce que leur inspirera la divine Providence…

Pour nous aider > ici

Un commentaire pour “Compte-rendu des activités de l’été 2015 (1ère partie).