Chronique du Mesnil-Marie – Temps de la Septuagésime et du Carême 2017 :

Mercredi Saint 12 avril 2017.

L'oratoire du Mesnil-Marie pendant le temps de la Passion

L’oratoire du Mesnil-Marie pendant le temps de la Passion

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Notre dernière chronique remonte à plus de 2 mois (cf. > ici). J’aurais envie de vous écrire que les gens heureux n’ont pas d’histoire et que les mois de février et mars, jusqu’à cette presque mi-avril 2017 se sont écoulés de manière très paisible, et il en est bien ainsi d’une certaine manière : je ne vais pas tout détailler aujourd’hui, mais nous avons connu la succession des temps liturgiques de la Septuagésime et du Carême jusqu’en ces jours de la Passion, avec une grande intensité spirituelle.
Les personnes qui nous font volontiers « un petit coucou » lorsqu’elles passent à proximité du Mesnil-Marie sont très attentives à nous aider à préserver le caractère de recueillement et de silence du Carême, comme les y invite l’affichette apposée à notre porte, et nous les en remercions.

Affichette à la porte du Mesnil-Marie pendant le Carême

Affichette à la porte du Mesnil-Marie pendant le Carême

Parmi les faits marquants nous pouvons noter la très fervente récollection préparatoire au Carême, avec quelques messieurs très édifiants, le mardi gras 28 février, jour de la fête réparatrice solennelle de la Sainte Face, ainsi que nous l’avions annoncée (cf. > ici), et aussi une très belle Messe en présence d’une quinzaine d’amis, pour la fête de Saint Joseph, le lundi 20 mars, qui fut une magnifique journée, fraîche mais très ensoleillée.

Il y a eu aussi toute la succession, habituelle, des réunions d’étude et de formation du Cercle Légitimiste du Vivarais, ainsi que les autres réunions de travail des diverses associations dans lesquelles Frère Maximilien-Marie est engagé.
Il y a eu également aussi tous les contacts liés au fait que notre Frère est, depuis quelques mois maintenant, correspondant local de « L’Hebdo de l’Ardèche » : ce qui constitue, outre le fait qu’il contribue à mieux faire connaître notre village de Saint-Martial et sa vie, un moyen privillégié de contact avec les personnes (présence à certaines réunions associatives, activités de l’école, joies et deuils de la communauté villageoise… etc.).

Février, mars et même avril : si nous avons bénéficié de journées magnifiques d’ensoleillement et de douceur, nous avons également connu des assauts tardifs de l’hiver assez spectaculaires parfois : épisodes neigeux, grêle, « burle » (c’est ainsi qu’on appelle ici un vent violent, tournoyant et pénétant qui correspond au blizzard des Canadiens)…
Il y a eu plusieurs dimanches ou jours de fête où Frère Maximilien-Marie a dû rebrousser chemin en raison de l’état des routes et des conditions de circulation, et a dû renoncer à rejoindre notre quasi paroisse du Puy-en-Velay (cf. > ici) : dans ces cas-là, il a le temps de filer jusqu’à Valence, où la Sainte Messe latine traditionnelle est célébrée à 10 h 45 à l’église Notre-Dame.

Pylône dont la rupture a été responsable de la grande coupure d'électricité des 6-8 mars 2017

Pylône dont la rupture a été responsable de la grande coupure d’électricité des 6-8 mars 2017

L’épisode le plus mémorable de cette fin d’hiver a sans nul doute été, à l’occasion de la tempête « Zeus » des premiers jours du mois de mars, une coupure d’électricité de 43 heures : les lignes électriques soumises aux assauts répétés de vents très violents ont fini par être rompues du fait de la cassure d’un pylône de béton (cf. photo ci-dessus) à moins de 2 km du Mesnil-Marie.
Les techniciens ont fait tout leur possible, dans des conditons difficiles, pour rétablir la ligne au plus tôt : la réparation (provisoire) du pylône, redressé et étayé par un poteau de bois, comme on peut le voir sur le cliché ci-dessus, garde un caractère tout-à-fait pittoresque !
Dans son blogue, le Maître-Chat Lully a détaillé les péripéties de ce moment où nous fûmes coupés du monde et plongés dans les ténèbres (cf. > ici).

L’autre événement qui affecte de manière durable la vie du Mesnil-Marie est l’accident survenu à Frère Maximilien-Marie (qui a lui aussi fait l’objet d’une chronique du Maître-Chat > ici) : travaillant à la construction d’un muret de pierres sèches sur la berge du ruisseau, notre Frère s’est soudain retrouvé dans le lit de celui-ci, au milieu d’un éboulis, lorsque la grosse pierre sur laquelle il se tenait s’est détachée du talus et l’a entraîné dans sa chute. Résultat : trois côtes cassées… et une gêne certaine pour accomplir des choses très ordinaires, voire l’impossibilité de s’adonner à la liste impressionnante de travaux extérieurs prévus en ce début de printemps…

plouf

En conséquence de cet accident, qui exige de lui de limiter ses déplacements en voiture, d’être très prudent (et patient) dès qu’il s’agit d’effectuer certains mouvements, et qui lui interdit de s’adonner aux travaux de terrassement et d’entretien du terrain à l’entour du Mesnil-Marie, notre Frère doit envisager de faire appel à une aide extérieure rémunérée pour retourner le terrain, couper les ronces et les genêts, abattre certains arbres, manier la débroussailleuse… etc.
Nous sollicitons donc, une fois de plus, votre générosité, pour nous aider à faire face à ces dépenses supplémentaires et imprévues > ici.

Main tendue

Pour terminer, je voudrais vous signaler que Frère Maximilien-Marie a été contacté par une journaliste de l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » qui avait lu nos publications du Blogue du Maître-Chat au sujet du Carême, du jeûne et de la discipline antique et traditionnelle de ce temps de pénitence. D’un long et au demeurant fort sympathique entretien téléphonique avec cette journaliste, est résulté un court article que vous pouvez retrouver > ici.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, chers Amis et bienfaiteurs, de passer un très beau, très bon et très fervent Triduum Pascal, accompagnant Notre-Seigneur Jésus-Christ dans les différentes étapes de Sa Passion Rédemptrice jusqu’au matin de la Résurrection, avec un coeur rempli de foi, d’espérance et de douce charité !

Le Chroniste.

encrier_plume

Pour aider à la vie et aux activités du Refuge Notre-Dame de Compassion voir > ici