Chronique du Mesnil-Marie : du début de l’Avent 2016 à la Chandeleur 2017.

Vendredi soir 3 février 2017,
Fête de la Bienheureuse Marie Rivier,
1er vendredi du mois dédié à la réparation envers le divin Coeur de Jésus.

Juste avant le lever du soleil, derrière le campanile du Mesnil-Marie, ce 1er février 2017

Juste avant le lever du soleil, derrière le campanile du Mesnil-Marie, ce 1er février 2017

Chers Amis et Bienfaiteurs du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Le temps de l’ « Alma Redemptoris Mater », cette antienne mariale propre au temps qui s’étend depuis le premier dimanche de l’Avent jusqu’à la Chandeleur, vient de se clore : c’était le temps où l’on s’est préparé à célébrer la Nativité de notre divin Sauveur et où l’on est ensuite resté par le coeur auprès de la Crèche dans la contemplation du mystère inouïe de l’Incarnation.
Dans quelques jours commencera un nouveau cycle liturgique, celui de la Rédemption, puisque nous dirons adieu à l’Alléluia et que nous entrerons dans le temps de la Septuagésime (voir > ici et > ici).
Alors, si vous le voulez bien, voici un rapide compte-rendu de ce qui s’est passé au Mesnil-Marie dans ces mois de décembre 2016 et janvier 2017.

A – Un hiver qui ressemble à un véritable hiver…

Contrairement aux deux hivers précédents, où les températures les plus basses n’avaient jamais atteint ici les moins 10°, celui qui est actuellement en cours ressemble à un véritable hiver : jusqu’à présent la plus basse température que nous avons enregistrée est un moins 16°, et nous avons eu plusieurs fois l’occasion de nous émerveiller devant notre béalière ou devant le ruisseau (celui-là même qui avait provoqué de si importants dégâts à l’automne 2014 (cf. > ici) entièrement pris par le gel. Le lac de Saint-Martial, avant le redoux de la semaine dernière, est resté plusieurs jours gelé sur la totalité de sa surface.
Nous avons connu une première chute de neige significative dans la semaine qui a précédé Noël, mais surtout il y a eu deux épisodes neigeux un peu importants en ce mois de janvier : la première fois, le 15 janvier, la couche avoisinait les 20 cm, et la seconde fois, le 26 janvier (alors que la première couche avait entièrement fondu) l’épaisseur du manteau neigeux a dépassé les 25 cm.
Nous n’avons pas eu – Dieu merci ! – de coupure d’électricité consécutives à ces chutes de neige. La circulation a été gênée ou empêchée certains jours (les routes devenant de véritables patinoires malgré les interventions des services départementaux de l’équipement), mais nous sommes habitués à ces conditions hivernales et nous savons nous adapter à elles.
Surtout, nous nous réjouissons d’avoir des chutes de neige dans leur période normale : en 2016, la chute de neige la plus importante avait eu lieu le… 1er mai !

Ce 26 janvier 2017, la route départementale (malgré plusieurs passages du chasse-neige) et notre aire de stationnement étaient recouvertes d'environ 25 cm de poudreuse qui rendait les déplacements très difficiles [photo prise par la fenêtre du bureau du Mesnil-Marie]

Ce 26 janvier 2017, la route départementale (malgré plusieurs passages du chasse-neige) et notre aire de stationnement étaient recouvertes d’environ 25 cm de poudreuse qui rendait les déplacements très difficiles [photo prise par la fenêtre du bureau du Mesnil-Marie]

B – Quelques célébrations particulièrement importantes.

Nous ne devons pas omettre de signaler que le 1er décembre 2016 nous avons fêté avec une ferveur particulière le centenaire de la mort du Bienheureux Charles de Jésus (de Foucauld). Rappelons que, même ermite installé au Sahara, le Père Charles de Foucauld était prêtre de ce diocèse de Viviers dans lequel est aujourd’hui implanté le Refuge Notre-Dame de Compassion. Nous sommes heureux de posséder l’une de ses reliques dans l’oratoire du Mesnil-Marie, et nous nous sentons spirituellement très proche de lui par beaucoup d’aspects…

Le 8 décembre, au soir de la fête de la Conception immaculée de Notre-Dame, selon la belle tradition initiée par les catholiques lyonnais au XIXe siècle, nous illuminons les fenêtres du Mesnil-Marie au moyen de quelque 120 photophores de couleur : n’oubliez pas que l’expression « le Mesnil-Marie » équivaut à dire « la maison de Marie ». Toutes les fêtes de la Très Sainte Vierge ont donc chez nous une importance décuplée.

Les photophores disposés sur l'une des fenêtres du Mesnil-Marie le soir du 8 décembre

Les photophores disposés sur l’une des fenêtres du Mesnil-Marie le soir du 8 décembre

C – Le temps de la Crèche :
temps de contact et de découvertes pour nos visiteurs.

La Crèche du Mesnil-Marie, installée dans notre oratoire, a eu cette année encore de nombreux visiteurs, certains venant parfois d’assez loin : l’annonce des visites de la Crèche a été bien relayée dans la presse locale et sur les ondes de RDB, la radio des Boutières.
Chaque année, la Crèche diffère par quelques points de celle qui avait été présentée l’année précédente : ainsi, pour ce Noël 2016, les nouveautés consistaient dans le fait que l’étable de la Nativité était recouverte de lauzes, et qu’elle avait le Mont Gerbier de Jonc en décor de fond…
Pour certaines personnes, la visite de la Crèche du Mesnil-Marie est aussi l’occasion d’interroger sur les raisons de notre présence dans ce village et dans ce hameau, sur notre vie et notre spiritualité…etc.

Laissez-moi vous conter une anecdote tout ce qu’il y a de plus autentique. Dans l’entrée du Mesnil-Marie se trouve un meuble sur lequel est exposé le portrait de Monseigneur le duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX de France. C’est aussi sur ce meuble que nous disposons pendant le temps de Noël toutes les cartes de voeux que nous recevons dans le temps de Noël et du jour de l’An. Une visiteuse, venue avec son époux, nous interroge : « Ce sont des cartes que vous avez reçues ? »« Oui, Madame ! »« Mais vous les avez toutes reçues cette année ? » (il est vrai qu’il y en a une assez grande quantité) – « Oui, Madame ! » Et là, montrant le portrait du Prince Louis de Bourbon : « Et je peux vous demander qui est ce Monsieur, là, dans ce cadre ? »« Oui, bien sûr ! C’est le Roi de France. » La dame ne semble même pas étonnée mais a besoin néanmoins que je lui explique : « Il est le descendant direct de Saint Louis, d’Henri IV et de Louis XIV ; il est l’aîné de tous les descendants de Hugues Capet, et à ce titre il est le successeur de tous les Rois de France et a le droit de régner sur elle, si la république cesse. » La dame s’avise alors que le Prince figure aussi, avec son épouse et ses enfants, sur l’une des cartes de voeu recue : « Et là, c’est sa famille ? »« Oui, Madame… » et je lui nomme en les lui désignant la Princesse Marie-Marguerite, la Princesse Eugénie, le Dauphin Louis et le Prince Alphonse. « Ils sont beaux ! » dit-elle. Puis elle ajoute : « Donc, si le Prince Louis disparaissait, il a déjà un successeur, ça ne s’arrêtera pas avec lui. L’avenir est assuré… C’est vrai que, après tout, il y a d’autres pays en Europe où il y a un Roi et ça ne va pas plus mal chez eux. Ça pourrait bien être aussi le cas en France après tout ! » Elle se tourne vers son mari : « Tu vois, on est venu voir la Crèche et on a appris plein de choses intéressantes en plus ! »

Cette année, il y a eu une nouveauté en ce qui concerne la Crèche lumineuse extérieure que nous allumons tous les soir à partir du 13 décembre jusqu’au 13 janvier : elle avait besoin de restauration. L’armature en bois a été consolidée, et les cordons lumineux qui dessinent les formes de l’étable et les silhouettes de la Sainte Famille ont dû être remplacés en totalité car beaucoup de lampes LED des précédents cordons étaient hors service.
La photo ci-dessous permet de se rendre compte de l’effet produit par cette Crèche lumineuse placée en surplomb de la route à l’entrée du hameau.

La Crèche lumineuse extérieure, renouvellée, qui brille dans la nuit depuis le 13 décembre jusqu'au 13 janvier

La Crèche lumineuse extérieure, renouvellée, qui brille dans la nuit depuis le 13 décembre jusqu’au 13 janvier

Notre Frère Maximilien-Marie a été malade (angine avec de très fortes fièvres) la nuit et le saint jour de Noël, qu’il a passés sous la couette, étant empêché de se rendre aux offices célébrant la Naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

D – Activités légitimistes.

Les Activités au service de la Légitimité se poursuivent, bien évidememnt ! Nous n’allons pas détailler ici les réunions mensuelles d’étude et d’approfondissement de la doctrine légitimiste ; mais nous mentionnerons la Galette des Rois, pour laquelle cette année les membres du Cercle Légitimiste du Vivarais invitaient les membres du Cercle Légitimiste du Dauphiné, nos voisins d’outre-Rhône. Etaient aussi invitées quelques personnes n’appartenant à aucun cercle ou groupe d’étude mais bien disposées envers l’idée monarchique ou se posant des questions : c’est alors l’occasion de tenter de leur faire prendre conscience des mensonges de l’histoire officielle et de les éveiller à une autre conception de la politique…

Et puis, bien sûr, il y a les commémorations du 21 janvier : comme l’année dernière, Frère Maximilien-Marie, a effectué l’aller-retour à la basilique de Saint-Denys. Nous renvoyons à ce qui a déjà été publié à ce sujet sur le « Blogue du Maître-Chat Lully » (cf. en particulier > ici).

21 janvier 2017, Messe solennelle de Requiem célébrée à la pieuse mémoire de Sa Majesté le Roi Louis XVI : vous reconnaîtrez sans doute Frère Maximilien-Marie présent au choeur pour cette cérémonie

21 janvier 2017, Messe solennelle de Requiem célébrée à la pieuse mémoire de Sa Majesté le Roi Louis XVI : vous reconnaîtrez sans doute Frère Maximilien-Marie présent au choeur pour cette cérémonie

E – Quelques autres activités…

Nous n’énumèrerons pas ici toutes les activités associatives qui sollicitent notre Frère.
Nous évoquerons seulement de manière générale les « cérémonies des voeux » auxquelles il a assisté pendant le mois de janvier.
Nous mentionnerons les longues heures qu’il a passées à répondre « à la main » aux cartes et lettres de voeux qu’il a reçues de personnes qui n’ont pas Internet (car il y en a)…
Nous
Et nous dirons aussi que l’expédition des commandes de reproductions imprimées de l’icône de notre famille royale martyre prend aussi du temps (cf. > ici). Nous nous réjouissons grandement de voir que les demandes de ces reproductions prennent peu à peu de l’ampleur, et nous souhaitons ardemment que, de toutes parts, s’élèvent des prières ferventes pour obtenir la glorification de ces authentiques martyrs de la foi, victimes de la haine anti-chrétienne qui est l’âme et le moteur de la révolution.

icone-des-martyrs-royaux-filigranee-421x600

(cliquer sur l’icône pour en connaître l’histoire)

Signalons enfin que – pour le cas où il aurait pu craindre de manquer d’occupation (!!!) – Frère Maximilien-Marie a accepté de devenir correspondant local de presse pour « l’Hebdo de l’Ardèche » (appelé aussi « Terre vivaroise ») pour le village de Saint-Martial, à la demande de plusieurs habitants qui se désolaient de ne voir dans cet hebdomadaire très lu et très apprécié que de très rares mentions des activités et de la vie de notre village.
Frère Maximilien-Marie s’est laissé convaincre en n’ayant en vue que le seul rayonnement de Saint-Martial et sa visibilité dans la presse locale, mais c’est aussi, pour ce qui le concerne personnellement, une manière privilégiée d’être au contact des habitants et en prise directe avec leurs préoccupations, leurs joies et leurs peines.

* * * * * * *

Nous avons commencé hier la neuvaine préparatoire à la fête de Notre-Dame de Lourdes, offerte spécialement à l’intention des malades et de ceux qui souffrent (cf. > ici). N’hésitez pas à nous faire connaître les intentions que vous souhaitez voir recommandées à Notre-Dame de Compassion

Nous adressons nos plus vifs remerciements à tous ceux qui nous ont adressé des dons ou des offrandes, toujours nécessaires pour permettre la vie quotidienne et le réglement des factures du Mesnil-Marie (électricité, téléphone et internet, frais d’entretien du véhicule, chauffage, assurances, interventions des artisans… etc.), puisque le Refuge Notre-Dame de Compassion ne reçoit aucune aide de la part des autorités ecclésiastiques ni subvention de l’Etat (c’est une évidence !), mais dépend uniquement de la divine Providence… et des bienfaiteurs qu’elle suscite.

Nous vous assurons de nos prières pour vous et tous ceux qui vous sont chers, auprès du Coeur de Jésus & Marie.

Le Chroniste.encrier_plume

Pour aider le Refuge Notre-Dame de Compassion > faire un don