Chronique du Mesnil-Marie, depuis Noël 2014 jusqu’à l’entrée en Carême.

Mardi-gras 17 février 2015,
chez nous : la fête de la Sainte Face.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Avant d’entrer en Carême, voici une petite chronique de la vie du Mesnil-Marie depuis Noël :

– La fête de la Nativité de Notre-Seigneur est toujours, chez nous, un moment de plus intense recueillement et de plus profonde contemplation.
La crèche, occupant beaucoup moins de place que les années précédentes, fut dressée dans l’oratoire les 23 et 24 décembre, en dessous de notre statue-relique de l’Enfant Jésus de Prague.
Afin de demeurer dans un grand recueillement et de donner le maximum de temps à la contemplation du mystère célébré en ce jour, nous limitons volontairement les contacts avec l’extérieur aux seuls moments de nos déplacements pour les Messes de Minuit (évidemment célébrée à minuit) et du Saint Jour de Noël.
Dieu merci ! Les routes n’étaient ni enneigées ni trop verglacées cette année !

En raison des problèmes d’accès au Mesnil-Marie, consécutifs aux crues de la mi-octobre (cf. > ici), nous avions annoncé et fait annoncer qu’il n’y aurait pas de visites de la crèche cette année (raison pour laquelle nous lui avons donné moins de volume que les années précédentes ainsi que cela a été dit plus haut, afin de l’avoir dans l’oratoire, plutôt que de l’installer dans la salle Saint Joseph où elle est plus accessible aux visiteurs).

crèche Noël 2014

– A propos des dégâts consécutifs aux crues de la mi-octobre, justement :
Pour l’instant, tout est dans le même état qu’après le compte-rendu de la mi-décembre (cf. > ici).
Comme nous vous l’avions déjà écrit, nous avons reçu la visite de l’expert mandaté par les assurances, puis, selon les indications données par ce dernier, nous avons contacté un entrepreneur pour obtenir un devis des travaux à envisager. Nous avons ensuite transmis à l’expert le devis de cet entrepreneur et depuis… nous attendons.
Nous avons appris aujourd’hui, en appelant une fois de plus le cabinet d’expertise, que notre dossier était (enfin !) « à la frappe », c’est-à-dire que l’une des secrétaires était en train de le dactylographier pour le faire partir chez notre assureur : probablement en fin de semaine…
Ce retard s’explique par le fait que les cabinets d’expertises sont surchargés de travail à la suite du classement en catastrophe naturelle des différents épisodes cévenols de l’automne dernier qui ont occasionné de très nombreux dégâts dans toute notre région.

– Ces mêmes crues de la mi-octobre ont entraîné des dégâts sur notre béalière, ce qui a évidemment des incidences sur l’alimentation en eau de toutes les maisons de notre hameau : nous devons prévoir des travaux, dès qu’il ne gèlera plus. Ces travaux nous incombent, car la béalière est une propriété collective du hameau (et non un bien communal géré par la municipalité). Nous nous sommes réunis entre voisins afin de réfléchir à ces travaux et devons nous revoir pour comparer les devis relatifs aux matériaux qu’il nous faut acheter en vue de poser des buses sur les parties endommagées de notre petit canal…

L'autel de notre oratoire pour la fête de l'Epiphanie et son octave

L’autel de notre oratoire pour la fête de l’Epiphanie et son octave

– Depuis le deuxième dimanche après l’Epiphanie, 18 janvier, nous n’avons pas pu retourner à la Sainte Messe en notre chère paroisse de Ceyssac : non pas que nous avons arrêté la pratique religieuse – vous en êtes convaincus, je l’espère ! – mais tout simplement parce que les routes d’altitude, et spécialement pour le franchissement du Mézenc, étaient le plus souvent impraticables en raison des conditions hivernales.
Dans ces cas-là, la « solution de repli » consiste à faire, en moyenne, une heure et quarante-cinq minutes de trajet (donc trois heures et demi pour l’aller-retour) afin de se rendre soit à la chapelle Notre-Dame de la Rose, à Montélimar, où la Sainte Messe est célébrée à 8 h 45 ; soit à l’église Notre-Dame, à Valence, où la Sainte Messe est célébrée à 10 h 45.

– Nous avions eu quelques épisodes neigeux de peu d’importance à la fin décembre et au début janvier, mais c’est surtout les 21 et 22 janvier que nous avons eu des chutes de neige assez fortes, pour arriver à une épaisser d’une quarantaine de centimètres.
Nous sommes ensuite restés ensevelis sous ce blanc linceul pendant trois semaines et demi : de nouvelles petites chutes de neige, des températures presque constamment négatives et la burle ont été très assidues à nous fréquenter !!!
Nous avons eu le 22 janvier une coupure de courant qui a duré jusqu’au lendemain (une trentaine d’heures en tout) : le plus embêtant dans ces cas-là est pour le contenu du congélateur, car pour nous éclairer nous sommes bien pourvus en bougies et chandelles, et pour le chauffage nous sommes totalement indépendants de l’électricité.
Ceux d’entre vous qui sont aussi abonnés aux mises à jour du blogue du Maître-Chat Lully, ont pu apprécier le petit reportage qu’il a publié le 5 février, spécialement la mini-vidéo montrant de quelle façon se fait l’accès au Mesnil-Marie quand il y a de la neige et que souffle la burle. C’est à voir ou à revoir ici > Au Mesnil-Marie sous la neige et dans la burle.

Maître-Chat Lully inquiet à l'approche du Carême...

Maître-Chat Lully inquiet à l’approche du Carême…

Nous voici à la veille du grand Carême :
Dans notre vie monastique, le temps de la Septuagésime apporte déjà avec lui des modifications progressives dans notre régime alimentaire, pour faciliter la transition avec le grand jeûne qui commence le Mercredi des Cendres.
Pour nous, tout le temps du Carême est strictement végétalien (c’est-à-dire qu’il n’y a pas seulement l’abstinence totale de viande, mais aussi de poisson, d’oeufs, de fromage et de laitages). Le Maître-Chat Lully vient donc en vain quémander sa lichette de beurre au moment du petit-déjeuner !!!
Le Carême est également un temps où les temps de prière et de méditation sont plus importants : à la porte du Mesnil-Marie une pancarte annonce :

Avis carême

– En totalisant les inscriptions sur Facebook et les personnes qui ont demandé à recevoir directement dans leur boite aux lettres électronique les textes quotidiens de réflexion, méditation et prière du Carême en union avec le Refuge Notre-Dame de Compassion, nous avons cet après-midi un peu plus de cent-cinquante participants.
Sans doute y aura-t-il encore quelques inscriptions dans la soirée… ou dans les prochains jours, car il y a toujours quelques personnes qui « prennent le train en marche ».
Nous demandons à tous nos amis de ne pas omettre de prier le Saint-Esprit à l’intention de notre Frère Maximilien-Marie, afin qu’il soit bien inspiré pour la rédaction de ces textes destinés à faciliter la progression spirituelle vers Pâques.

– Les personnes parmi nos amis qui souhaitent nous soutenir efficacement peuvent, si elles ne l’ont pas encore fait, demander à rejoindre l’Association Refuge Notre-Dame de Compassion (voir > ici), il n’est jamais trop tard pour cela.
Merci à tous ceux qui nous ont fait parvenir leur cotisation !

– Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un bon, fervent et très saint Carême, pendant lequel il vous est toujours possible de nous rejoindre par la pensée et par une prière fraternelle dans notre oratoire du Mesnil-Marie

L'oratoire du Mesnil-Marie en "tenue de Carême"

L’oratoire du Mesnil-Marie en « tenue de Carême »

Un commentaire pour “Chronique du Mesnil-Marie, depuis Noël 2014 jusqu’à l’entrée en Carême.