Chronique du Mesnil-Marie : depuis le dimanche de la Passion jusqu’à la fête de l’Invention de la Sainte Croix.

Lundi soir 2 mai 2016
Fête de Saint Athanase
Lundi des Rogations.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Notre dernière chronique de la vie du Mesnil-Marie date du 8 mars (cf. > ici)…
Depuis lors, les temps liturgiques de la Passion, le Triduum Pascal et le temps de Pâques se sont écoulés : nous voici en effet aux jours des Rogations, qui précèdent la fête de l’Ascension à laquelle se closent les quarante jours de la joie de la Résurrection de Notre-Seigneur et avec laquelle commence la préparation de la Pentecôte (cf. pour la neuvaine préparatoire à la Pentecôte, voir > ici).

Pendant le temps de la Passion, ce qui prédomine ce sont les préparatifs de la liturgie de la Semaine Sainte : cela commence, dans les jours qui précèdent le dimanche de la Passion, par le grand ménage de notre église de Ceyssac et l’opération de voilement des statues et tableaux ; cela continue par les répétitions de l’important répertoire grégorien du dimanche des Rameaux et du Triduum Sacré, et du chant de la Passion (comme les années précédentes, notre Frère Maximilien-Marie chantait la partie de l’Evangéliste dans les Passions selon Saint Matthieu – le dimanche des Rameaux – et selon Saint Jean – le Vendredi Saint – ) ; cela passe par les révisions méticuleuses des rites liturgiques particuliers de la Semaine Sainte ; cela nécessite aussi d’aller, un peu plus au sud, cueillir les rameaux d’olivier pour toute la paroisse… etc.
Et puis, il ne faut pas oublier, en fin de Semaine Sainte, de préparer les mets qui seront bénits dans la nuit pascale :

Les Agneaux de Pâques en pâtisserie

Les Agneaux de Pâques en pâtisserie

Ce sont principalement les Agneaux de Pâques, en pâtisserie (en Alsace on les appelle « lamalas »), et puis ce sont aussi les oeufs : la tradition des oeufs de Pâques (bien souvent aujourd’hui en chocolat) vient du fait que la discipline antique du Carême – que nous suivons toujours au Mesnil-Marie – exige que l’on ne consomme rien d’origine animale pendant toute la durée du Carême (régime strictement végétalien). Les oeufs pondus par nos poules sont donc conservés pour être consommés à partir de Pâques : on les orne, on les peint et – cuits durs – après leur bénédiction, on les offre aux amis et bienfaiteurs que l’on veut spécialement honorer…

Oeufs de Pâques

Sur la photo ci-dessus vous voyez, à droite, les oeufs cuits et peints qui ont été offerts à nos amis à l’issue de la liturgie de la nuit pascale et, à gauche, les oeufs – non cuits, mais bénits eux aussi – pondus pendant le Triduum Pascal, que nous avons consommés au Mesnil-Marie pendant la semaine de Pâques.
Vous remarquerez aussi que Frère Maximilien-Marie avait réussi à capturer une de ses fameuses cloches ailées qui font le voyage à Rome !

Notre-Dame du Puy : la Vierge Noire, le Vendredi Saint

Notre-Dame du Puy : la Vierge Noire, le Vendredi Saint

Surtout, en sus des cérémonies habituelles de la Semaine Sainte, ce Vendredi Saint 25 mars 2016, était l’ouverture du Grand Pardon de Notre-Dame du Puy. Ce fut un moment particulièrement long et intense de prière que nous avons passé dans la cathédrale angélique Notre-Dame de l’Annonciation en ce Vendredi Saint.

Pour clore l’évocation de cette Semaine Sainte et de la fête de Pâques, signalons enfin que, comme à l’accoutumée, au retour de la liturgie de la Vigile Pascale, nous avons rapporté dans une lanterne la flamme du feu bénit jusqu’en notre Mesnil-Marie : communiquée aux veilleuses et cierges de toute la maison à notre arrivée, nous la conservons le plus longtemps possible à l’oratoire.

Achevons cette évocation des festivités pascales en vous montrant une photo du sanctuaire de notre église de Ceyssac prise avant la Grand’ Messe du Saint Jour de Pâques. Nous savons que c’est la dernière fois que notre petite communauté de rite latin traditionnel célébrait les offices de la Semaine Sainte dans cette église, puisque nous devrons changer de lieu dans les prochains mois, mais ceci est une autre histoire et nous en reparlerons…

Eglise de Ceyssac, dimanche de Pâques 27 mars 2016

Eglise de Ceyssac, dimanche de Pâques 27 mars 2016

La fin du Carême et la Semaine Sainte étant particulièrement fatigants, la semaine pascale est une semaine de récupération physique : sommeil et repos !
Malgré cela, notre Frère Maximilien-Marie a déclenché, l’après-midi du dimanche de Quasimodo, une très grosse angine qui l’a contraint à rester au lit (avec une forte fièvre) pendant plusieurs jours (le lundi 4 avril, il a « fêté » l’Annonciation de la Sainte Vierge sous la couette), puis a nécessité un « traitement de cheval » qui, s’il est venu à bout des microbes, l’a mis à plat pour une bonne dizaine de jours…

Sacellum reliquiarum : l'armoire aux reliques dans l'oratoire du Mesnil-Marie

Sacellum reliquiarum : l’armoire aux reliques dans l’oratoire du Mesnil-Marie

Depuis le temps que nous vous parlions du travail de restauration d’une ancienne bonnetière du début du XVIIIe siècle qu’accomplissait Frère Maximilien-Marie, pour en faire, dans notre oratoire le « Sacellum reliquiarum » – l’armoire aux reliques – , nous sommes heureux de vous en présenter une photographie, maintenant qu’elle est achevée : travail minutieux de restauration et de consolidation, de capitonage avec une tissu ancien rouge damassé qui nous avait été offert et de galonnage, de confection et de pose des étagères, d’installation d’un éclairage intérieur, puis d’arrangement très précis des reliquaires à l’intérieur…
Sur les étagères du haut sont disposés les grands reliquaires sur pied ; sur les deux étagères basses se trouvent les médaillons reliquaires bien classés dans des coffrets.
Devant l’armoire, une lampe votive est suspendue : lampe que Frère Maximilien-Marie avait rapportée de son pèlerinage à Jérusalem (printemps de l’année 1994).

Maintenant, notre Frère a entrepris de restaurer une lampe de sanctuaire qui nous a été donnée il y a une dizaine d’années et qui date soit de la fin du règne de Louis XVI soit du tout début de la Restauration : elle a donc plus de 200 ans. Mais elle est en très mauvais état et pour l’instant toutes les parties sont « détachées » les unes des autres. Il ne semble manquer aucun élément cependant, mais ce sera encore un travail de patience…

Elèves de l'école de la Péraudière et du Cours Sainte Anne en procession au pied du grand escalier de la cathédrale du Puy

Elèves de l’école de la Péraudière et du Cours Sainte Anne en procession, arrivant au pied du grand escalier de la cathédrale du Puy

Empêché par la maladie de fêter l’Annonciation, comme nous l’avons vu ci-dessus, Frère Maximilien-Marie a pu en quelque sorte « se rattraper » le jeudi 21 avril en rejoignant le pèlerinage des élèves de l’école de La Péraudière et du Cours Sainte-Anne qui accomplissaient au Puy la démarche jubilaire : splendide Messe chantée de l’Annonciation et, après le pique-nique, prière dans le sanctuaire de Saint Joseph, à Espaly.
Les élèves, et une bonne partie des adultes qui les accompagnaient (parents d’élèves, enseignants, amis…) se sont ensuite rendus à pied, en procession, depuis le rocher d’Espaly jusqu’à la cathédrale où ils ont récité les prières pour l’obtention du « Grand Pardon », se sont recueillis auprès de la « pierre des fièvres » et aussi devant la Sainte Epine offerte par Saint Louis à l’Eglise du Puy (habituellement conservée à Saint-Etienne, depuis la révolution, elle a été ramenée au Puy pour la période du jubilé).
Ce furent ensuite les ascensions à la statue de Notre-Dame de France et du rocher Saint-Michel d’Aiguilhe.
Frère Maximilien-Marie a été très heureux de retrouver des personnes connues qu’il n’avait pas revues pour certaines depuis plusieurs années.

Cathédrale du Puy : statue de Saint Louis auprès de laquelle est exposé le reliquaire renfermant la Sainte Epine donnée par le saint Roi avec le certificat d'authenticité de sa main-même

Cathédrale du Puy : statue de Saint Louis auprès de laquelle est exposé le reliquaire renfermant la Sainte Epine donnée par le saint Roi avec le certificat d’authenticité de sa main-même

Dans les domaines culturels et associatifs, sans pouvoir tout détailler, nous noterons que Frère Maximilien-Marie a participé à plusieurs conseils d’administrations ou assemblées générales, qu’il s’est déplacé pour quelques conférences, a aidé pour le « Trail du Gerbier de Jonc » (qui se courrait le samedi 2 avril) et a repris, avec les autres membres du C.A. de cette association,  les préparatifs de « la Ronde des Sucs » (qui aura lieu le samedi 28 mai).

Mentionnons la dernière Veillée Culture & Patrimoine de la saison, qui avait lieu le mardi 15 mars, et était consacrée à l’art de la construction en pierres sèches, selon les méthodes traditionnelles (cf. > ici).
La salle de réunion aimablement prêtée par la mairie de Saint-Martial était bien remplie par une assistance intéressée et attentive, qui a posé de nombreuses questions et a été impressionnée par notre « expert », Manuel Duveau, qui a marqué des points ce soir-là.

Le Cercle Légitimiste du Vivarais continue ses réunions mensuelles de formation au cours desquelles nous approfondissons notre connaissance de la royauté française et de ses principes.
A l’étude proprement dite, un côté très amical s’ajoute à ces réunions.
A l’issue de la dernière rencontre des participants ont écrit : « Quelle belle journée ! Ces retrouvailles mensuelles nous sont désormais indispensables pour recharger nos batteries spirituelles et royalistes et nous permettre de faire face au monde décadent qui nous entoure et nous empoisonne peu à peu… », et aussi : « Nous prenons plaisir à nous retrouver et parfaire nos connaissances, moment délicieux de partage et de respect ! On en redemande… Pour Dieu et pour le Roi ! »

Faut-il encore préciser que Frère Maximilien-Marie s’active dans les préparatifs de deux évènements maintenant proches : 1) la journée de découverte historique et spirituelle de Bourg-Saint-Andéol, le dimanche 22 mai (voir > ici) qui n’est pas réservée aux seuls membres du Cercle Légitimiste mais à tous les sympathisants ; et 2) le pèlerinage jubilaire légitimiste au Puy-en-Velay les 4 et 5 juin (voir > ici).

Le premier couple d'hirondelles des rochers venu nicher au Mesnil-Marie est arrivé le 14 mars

Le premier couple d’hirondelles des rochers venu nicher au Mesnil-Marie est arrivé le 14 mars

Les premières hirondelles venues construire leur nid sous les passes de toit du Mesnil-Marie sont arrivées le 14 mars : les pauvrettes ont eu à subir depuis lors plusieurs assauts hivernaux tardifs.
Car si l’hiver n’a pas été trop rude, il traîne cependant en longueur…
Ces jours-ci sont ceux des « cavaliers du froid », puis il y aura encore les très redoutés « saints de glace », cette année dans la semaine précédant la Pentecôte : nous pouvons espérer qu’ensuite nous pourrons semer et planter sans risque.

Pour donner une idée de ce que peuvent être parfois ces retours de l’hiver, qui est réputé spécialement éprouvant dans notre massif (cf. le reportage auquel on peut accéder > ici), il faut réaliser qu’hier, dimanche 1er mai, notre Frère n’a pas pu se rendre au Puy à la paroisse…
Il l’a tenté, à la vérité, mais a dû rebrousser chemin lorsqu’il a approché 1000 m d’altitude, et s’est finalement rendu à la Sainte Messe à Valence.
A certains endroits, relativement proches de chez nous, il est tombé près de 40 cm de neige et la « burle » qui s’est déchaînée a formé des congères.
On vient de nous signaler que ce jour d’hui, « le 13 h » de TF1 a justement commencé par un reportage réalisé ces 1er et 2 mai dans un village proche d’ici (cf. à voir ou revoir > ici).

Cela dit, un épisode comme celui-là ne peut tout de même pas occulter les splendeurs printannières de notre haut pays : même si elles ont été pour deux ou trois jours recouvertes par la « neige du coucou », les prairies d’altitude sont en ce moment-même particulièrement splendides avec leurs millions de jonquilles.

Les prairies proches du Mont Gerbier de Jonc couvertes de jonquilles

Les prairies proches du Mont Gerbier de Jonc couvertes de jonquilles

Mais c’est justement avec l’arrivée de la belle saison qu’il nous faut d’ores et déjà penser à faire rentrer le bois pour le chauffage du Mesnil-Marie, pour l’automne et l’hiver prochains.
A cette intention, nous devons « tendre la main » une fois encore en vue de nous faire livrer les 18 stères qui sont nécessaires à six ou sept mois de chauffage.

A ceux de nos amis qui souhaiteraient faire un séjour estival proche de nous pendant leurs vacances, nous rappelons qu’ils peuvent trouver sur ce site (voir > ici) des liens pour des gîtes ou lieux d’hébergement.
C’est en ce moment en effet qu’il faut penser aux réservations.

Nous terminons cette longue chronique du 8 mars au 3 mai, en vous souhaitant un très bon, très beau et très fervent Mois de Marie, et nous vous assurant de notre amicale et fidèle union dans la prière.

Le Chroniste.

Pour aider à la vie, aux travaux et au rayonnement
du Refuge Notre-Dame de Compassion > ici