C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau !

Souvenir du mois de Marie : une seule vertu bien pratiquée est un acheminement vers toutes les autres

Souvenir du mois de Marie :
une seule vertu bien pratiquée est un acheminement vers toutes les autres

Est-il besoin de rappeler à nos amis que le mois de mai est tout spécialement dédié à la dévotion mariale ?
Plusieurs auteurs rapportent que déjà au XIIIe siècle le Roi de Castille Alphonse X, dit le Sage, dans l’un de ses poèmes avait associé la beauté de Marie au mois de mai…
Mai est le mois des fleurs, et au Moyen-Age on aimait à tresser des couronnes de fleurs pour en orner les statues de la Madone : c’est d’ailleurs cette tradition qui explique les mots « rosaire » (couronne de roses) et « chapelet » (petit chapeau), puisque à ces fleurs destinées à la Vierge on associait des prières…
Il semblerait que ce soit au XVIIIe siècle, à Rome, que la dévotion du « mois de Marie » soit apparue, rapidement diffusée ensuite dans toute l’Italie – et tout spécialement dans les maisons d’éducation – sous l’influence de plusieurs congrégations religieuses.
Madame Louise de France, fille de Sa Majesté le Roi Louis XV, en religion Mère Thérèse de Saint-Augustin, carmélite à Saint-Denys, serait à l’origine de l’introduction de cette pieuse coutume en France.
Officiellement approuvée par le pape Pie VII le 21 novembre 1815, la pratique du « mois de Marie » a depuis lors été encouragée par tous les souverains pontifes.

En un temps qui n’est pas si lointain, dans les familles ferventes, on dressait de véritables autels ou reposoirs, très décorés, au centre desquels se trouvait une image – statue ou tableau – de la Vierge Marie ; dans les paroisses ou chapelles, l’autel de Notre-Dame était somptueusement orné : à ces autels, domestiques ou paroissiaux, on donnait, par une espèce de métonymie, le nom de « mois de Marie » ; surtout on s’y retrouvait en famille, entre voisins, entre paroissiens, pour méditer à l’aide du chapelet et chanter des cantiques populaires en l’honneur de Marie ; dans les paroisses cet exercice était souvent suivi, chaque jour, de la bénédiction du Très Saint Sacrement.
Dans beaucoup de paroisses, encore aujourd’hui, des groupes de prière du chapelet se forment à l’occasion du mois de mai.

Seuls ou en groupes, n’omettons pas d’intensifier notre dévotion et notre prière mariales tout au long de ce mois… Et puis chantons de tout coeur le célèbre cantique ancien du Père Lambillotte : « C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau… »

https://www.youtube.com/watch?v=vuUHQA9K4Ls

bouquet-rose-et-muguet