Ce qu’Haroun Tazieff peut dire aujourd’hui à ceux qui veulent que vive le massif du Mézenc.

A propos de la « Veillée Culture & Patrimoine »
de ce mercredi 19 février

Frédéric Lavachery, fils du volcanologue Haroun Tazieff

Frédéric Lavachery, fils du volcanologue Haroun Tazieff

Dans la famille « Je mets les pieds dans le plat, je les agite, et tant pis pour les éclaboussures sur les gens qui auraient voulu faire croire qu’ils étaient bien propres », je demande le fils…
Le fils d’Haroun Tazieff, bien sûr !

S’il a pu donner à la biographie rédigée à l’occasion du centenaire de sa naissance le titre éloquent de « Un volcan nommé Haroun Tazieff » (biographie qui paraîtra début avril et pour laquelle on peut encore souscrire > souscription), notre ami Frédéric Lavachery est bien, lui aussi, de la même trempe que ce père dont il ne porte pas le nom mais avec lequel il partage une telle ressemblance physique… et un tempérament de feu !

Les Veillées Culture & Patrimoine ne sont pas des conférences ni des exposés universitaires : Frédéric était venu pour parler très librement de ce que la figure et la science d’Haroun Tazieff peuvent apporter aujourd’hui à la vie et au développement patrimonial du massif du Mézenc ; et il a captivé son auditoire
– en évoquant dans quel esprit il s’était attaché à écrire la biographie de son père et les pistes qu’il a suivies pour le faire,
– en faisant ressortir la façon dont les apports de Tazieff à la science des volcans demeurent aujourd’hui contestées par des scientifiques qui se servent de la science pour « faire carrière » et pour étendre un « pouvoir »,
– en développant les enjeux actuels liés à la dynamique et à l’avenir du massif du Mézenc, pour lesquels l’exemple et la méthodologie Tazieff sont profondément actuels…
Tout cela étant assorti d’exemples, de faits vécus et d’anecdotes, toujours dans une perspective constructive.

On retrouvera ces choses aussi bien dans le livre annoncé, que dans l’action que nous nous efforçons de soutenir et que nous continuerons à mener.
Nous, c’est-à-dire ce réseau non institutionnel et très actif dans lequel on retrouve bien sûr Frédéric et le Centre Haroun Tazieff, mais aussi Art’Borée-Sens et toutes les actions liées au festival « Montagne, ouvre-toi ! », l’Agence Mézenc-Information, certaines associations amies liées au développement de la randonnée pour la promotion de notre patrimoine naturel et humain, des associations culturelles locales (comme « Arcade » à Arcens), les « Rencontres de Choeurs des pays de Volcans, Sources et Montagnes », …etc., et bien sûr le Refuge Notre-Dame de Compassion dans sa vocation culturelle et patrimoniale.

volcan gif