Au Mesnil-Marie, après les dégâts causés par le ruisseau (3 ème partie) :

Troisième compte-rendu sur la situation du Mesnil-Marie
après les dégâts causés par le violent épisode cévenol
de la nuit du 12 au 13 octobre 2014 :

Dans le compte-rendu du 7 novembre dernier (> ici), nous vous avions parlé de la bienveillante intervention de Monsieur le Conseiller Général de notre canton auprès des services de l’équipement et des routes du département, au sujet du mur de soutènement du terrain sur lequel est installé le poulailler…

Après la première visite du responsable de secteur le 7 novembre, nous avons eu d’autres contacts avec lui, qui est revenu avec le patron et le chef de chantier d’une entreprise de travaux publics.
Et ce matin du vendredi 5 décembre, « nos soeurs les poules », ont vu s’approcher de chez elles un gros engin vrombissant…

Ce 5 décembre, "nos soeurs les poules" ont vu s'approcher un gros engin vrombissant...

Ce 5 décembre, « nos soeurs les poules » ont vu s’approcher un gros engin vrombissant…

Nous tenons au passage à remercier nos sympathiques voisins, Anouk et Alexis, qui ont volontiers permis le passage de la pelleteuse sur leur terrain : il est en effet plus facile aux entrepreneurs de travailler au déblaiement du ruisseau et à la mise en place des blocs d’enrochement qui vont remplacer le mur de soutènement détruit lors de la crue du 13 octobre, en se positionnant sur l’autre rive.

La pelleteuse travaille au déblaiement du lit du ruisseau et prépare la pose des blocs d'enrochement

La pelleteuse travaille au déblaiement du lit du ruisseau et prépare la pose des blocs d’enrochement

Nous espérons donc que cette stabilisation du terrain du poulailler sera rapidement achevée.

En ce qui concerne l’accès au Mesnil-Marie, en revanche, nous en sommes toujours au même point qu’il y a un mois, et il n’y a encore qu’un seul et unique moyen d’arriver jusqu’à la porte : « l’escalade » du rocher, ainsi que cela vous a été expliqué ici > accès au Mesnil-Marie.

Néanmoins, le classement de la commune en état de catastrophe naturelle par l’arrêté ministériel du 4 novembre dernier a permis d’engager la procédure de déclaration de sinistre auprès de notre compagnie d’assurances.

Nous avons reçu ce lundi 1er décembre la visite de l’expert missionné par la compagnie. Il a pu faire un constat objectif de l’état des lieux et décidé des travaux à entreprendre…
Reste maintenant à Frère Maximilien-Marie de lui adresser, d’ici au début janvier, le devis d’un entrepreneur en vue de la consolidation de la berge du ruisseau – ou plus exactement du ravin creusé par le ruisseau – selon certains critères précis exigés par l’expert.

Le souci actuel est qu’il n’est pas facile de trouver un entrepreneur qui accepte (et soit véritablement capable) de travailler selon les critères précis exigés par l’expert et qui soit en outre disponible relativement rapidement…

à suivre !!!

poule animée